.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

after work (ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: after work (ryan) Dim 1 Oct - 14:55


- after work -

vous avez tous les deux un travail usant. pas au même degré mais c’est tout comme. ryan enchaîne les articles sur un tapis de caisse en disant un million de fois bonjour, merci, au revoir. des fois sans le retour poli des clients aigris. il y a de quoi péter un câble, de vouloir envoyer valser le pack d’eau sur la tronche de certains pour leur rappeler les politesses et le savoir vivre. quand ryan ne supporte pas les humeurs des uns et des autres, il s’affaire dans les rayons pour ranger les provisions. cet amas de bouffe. des incalculables kilos qu’il peut soulever toute la journée. ces gestes à répétitions, cette rengaine qui peut corrompre sa bonne humeur du matin et lui faire languir le retour au bercail.
c’est la même chose pour toi alan. tu as encore deux semaines à tirer et tu auras terminé ton contrat dans cette boîte de btp. tu seras à nouveau au chômage pour une durée indéterminée. tu es un habitué de ce terme. pour l’instant, aujourd’hui encore tu as bousillé un peu plus ton dos à force d’oublier comment on est censé soulevé du poids. tes fringues de travail souillés par le béton, irrécupérable. c’est tout dégueulasse, les cheveux crasseux de poussière que tu passes par chez toi. dans le siphon de la petite douche s’évade toute trace de maçonnerie. ou presque. de la corne sur les mains, les doigts avec quelques égratignures. abîmées par le labeur.
ce soir, tu n’as pas envie de rester chez toi. tu as envie de sortir, du moins de retrouver du monde. c’est bientôt l’heure de ryan. instant de délivrance. au volant de ton pick up branlant, tu roules jusqu’au carrefour market. tu ne lui as pas dit que tu venais le retrouver à la sortie. petite surprise, attention de mec amical. un joli remontant en somme.
aux abords de bordeaux sud, tu es en guette d’inspiration. qu’allez-vous manger ? tu as bien envie d’une pizza. de bière. d’une cigarette. tu t’en grilles déjà une, coude contre la fenêtre abaissée. celle avec votre dîner et la blonde sera beaucoup plus appréciable.
tu te gares enfin, éteins tes phares pour ne pas aveugler les derniers employés. c’est l’heure de la fermeture, bientôt vingt-heure trente. ils doivent déjà être bien fatigués et tendus à cause des clients pour les emmerder avec une lumière criarde et dérangeante.
tu sors de la caisse, ta portière grinçant dans le plat silence du parking. parking presque vide. deux, trois bagnoles en stationnement. tu approches de l’entrée, la capuche de ton sweat sur la tête pour ne pas avoir les cheveux mouillés trop exposés à la fraîcheur. ta veste en cuir par dessus et un pantalon qui se confond lui aussi, parfaitement dans le noir. tu es presque un homme invisible.
tu t’appuies contre le petit muret à droite des portes automatisées. suffit d’attendre. c’est une question de secondes maintenant pour que ryan débarque. une collègue sort de là, sans un sourire mais avec la hâte d’une femme attendue ailleurs.
tu demandes si ryan bosse aujourd’hui finalement. alors tu scrutes l’intérieur, du moins ce que tu peux voir de là où tu es.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Dim 1 Oct - 18:23

y a des moments où ryan se demande comment il fait pour ne pas assassiner certains clients. ok, de base, c'est pas un mec très poli, lui, mais il fait des efforts quand des gens viennent le voir ou que, par malheur, il se retrouve en caisse. parce que c'est un minimum. certes, lui, quand il fait ses courses, il en a rien à branler que la caissière ou le caissier fasse la gueule. chacun sa merde, il ne vient pas là pour taper la discut' avec un(e) inconnu(e). alors ça le gonfle quand certains ronchonnent au fait que non, il ne sourit pas assez. bande d'enculés. déjà, qui vient faire ses courses après 20h ? les connards. et ceux qui veulent se bourrer la gueule, mais eux, ils sont toujours rapides. ils sont pressés d'aller à une soirée ou chez eux. mais bon, tant que ryan finit par sortir de là pour rentrer chez lui, c'est le principal. un pétard, une pizza et un film, puis il sera calé. putain, le rêve.

il dit à peine au revoir à ses collègues, parce que honnêtement ? il s'en branle de leurs gueules. sauf quelques-uns. alors il n'attend pas quand il sort. tout comme la meuf qu'il aime bien qui, elle, est déjà partie. c'est sûrement pour ça qu'il l'aime bien, parce qu'elle s'en bat autant les couilles que lui. il regarde l'heure et ça fait déjà dix minutes qu'il devrait être sorti. sauf que ça compte pas en heure supplémentaire. fait chier. dehors, ryan inspire profondément, content de pouvoir enfin rentrer chez lui. ça lui démange de s'en rouler un tout de suite, mais il a pas envie de se faire virer pour consommation de stupéfiants sur le parking. pas tout de suite. quoique, on pourrait probablement pas le distinguer s'il était planqué dans la nuit.

alors qu'il s'apprête à partir, il remarque une silhouette dans l'ombre et ryan fronce les sourcils en regardant la personne. on sait jamais. si ça se trouve, c'est pour une embrouille. puis il distingue alan. un sourire apparaît sur les lèvres de babin. « vieux! bien? » puis il vient lui faire un check. ça fait toujours plaisir à ryan de voir ses potes, parce qu'il a l'impression que c'est de plus en plus rare ces derniers temps. surtout que ça fait un bail qu'ils se sont pas vus, alan et ryan et il y a sûrement des trucs à rattraper. peut-être que ryan exagère, que ça fait pas si longtemps que ça, mais il n'en est pas vraiment sûr, parce qu'il a l'impression que ses journées sont toutes pareilles. ça va finir par le rendre dingue. ryan pourrait dire à alan qu'il est content de le voir, mais il n'en a pas vraiment besoin, ça se voit à sa gueule et à son sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Dim 1 Oct - 21:01



de là où tu es, tu aperçois ryan sortir du carrefour market. les portes coulissantes s’ouvrent sur son passage comme par magie. non en fait, mais c’est toujours drôle de donner à la banalité un semblant de surnaturel. ryan en pseudo moïse qui écarte les eaux sinon. cette vision biblique se rajoute à ton hilarité silencieuse. t’es camouflé dans le noir comme un voleur et tu vois bien que c’est cette impression que tu donnes quand lui-même, ton ami se met sur la défensive. tu n’as pas peur, bien que tu saches pertinemment qu’il a le poing facile. vous, vous ressemblez sur ce point. votre impulsivité fait de vous des hommes de caractères et relativement violent selon les circonstances. toi, tu l’es surtout avec l’alcool. ce qui ne te plaît pas forcément mais tu sais quand t’arrêter pour minimiser les effets.
finalement, un sourire étire bien vite les lèvres de ryan tandis que tu t’exposes davantage à la lumière provenant de l’intérieur du magasin. tu sors les mains de tes poches pour anticiper votre check habituel. un rituel de mec, comme cette tape que tu lui donnes sur l’épaule pour conclure votre salut.
ça va très bien. et toi, heureux ?
tu désignes son lieu de travail, en sachant que c’est une belle délivrance pour lui. sans plus tarder, tu l’invite à le suivre d’un signe de tête. vous n’allez pas traîner sur ce parking toute la nuit. un autre programme vous attend, plus intéressant.
je pensais que ça te ferait plaisir de te joindre à moi. j’ai envie d’une pizza, d’une bière, d’une cigarette. et de discussions d’mecs !
rien de tel pour finir une journée.
ma caisse est là-bas.
pas très loin, tu ouvres déjà ta portière pour grimper. en route simone ! la pizzeria n’est pas loin en plus, à quelques rues de là. maintenant la question est : la caravane sera votre squat de la soirée ou le chez-soi de ryan ? mais pour l’instant tu rajoutes :
alors, quoi d’neuf ?
tu as l’impression que ça fait une éternité que tu l’as pas vu. ton moteur s’éveille, les phares s’illuminent et tu t’élances sur la route dans la minute qui suit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Lun 2 Oct - 18:30

y a des amitiés qui ne sont pas anodines, parce qu'on ne va pas se mentir : les trois quarts des potes qu'on rencontre au lycée, on les oublie vite. ou si on ne les oublie pas, on ne les voit plus une fois qu'on a son bac. ou qu'on ne l'a pas, dans le cas de ryan. sauf qu'il y a toujours des exceptions. comme alan. les deux se sont rencontrés en colle, parce que leurs comportements n'ont jamais été exemplaires. bizarrement (ou pas d’ailleurs), le courant est vite passé. et au fur et à mesure des années qui sont passées, les deux ne se sont jamais perdus de vue. alors forcément, ryan est toujours content de voir son pote. autant, y en a, moins il les voit, mieux il se porte. mais lui, nan, c'est un vrai. ryan sait qu'en cas de galère, il serait là et la réciproque est vraie.

« ça va, j'm'attendais pas à te voir là, mais j'aime bien les surprises. » sous-entendu: ouais, il est content. c'est juste qu'avec lui, faut savoir lire entre les lignes parfois. pas vraiment du genre à déballer que ouais, ça lui fait plaisir, ni que peut-être que la gueule de son pote lui a manqué. ryan, faut savoir comprendre ce qu'il veut dire à travers ses mots. sauf quand il est chaud barré. mais ça n'arrive pas souvent, ou plutôt pas aussi souvent qu'à l'époque. maintenant, ryan s'est calmé sur la boisson, parce que ça ne lui réussissait jamais vraiment. finir chaque soirée par une embrouille, ça devient vite lassant. « ton plan est nickel, surtout que je crève la dalle. » en même temps quand c'est qu'il n'a pas faim, lui ? puis bon, il n'a jamais été du genre à refuser un tel planning de soirée. nan, on fait pas vraiment mieux dans le genre.

ryan le suit jusqu'à la voiture, grimpant dans le siège passager tandis qu'alan prend le volant. puis babin hausse les épaules à la question de son pote, pas vraiment certain de la réponse qu'il pourrait donner. « pas grand-chose, vieux, j'ai l'impression de passer ma vie dans ce magasin. à côté de ça, toujours les mêmes gens. » ouais, ceux de la salle. enfin, ceux qu'il arrive à croiser. « et toi, alors? j'sais que t'as vu anaïs l'autre jour, mais rien de plus. » c'est pas comme si anaïs allait lui raconter la vie d'alan, mais ryan est quand même curieux de savoir ce que fait son pote ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Mar 3 Oct - 13:42



ryan et toi, vous aurez pu vous détester. compte tenu vos caractères, soit ça passait, soit ça cassait. dans votre cas, c’est plutôt la première option qui s’est ouverte à vous. une opportunité d’être amis, alors que vous aurez très bien pu être de parfaits ennemis. de vos différences, vous en direz le meilleur pour construire une amitié sincère. loyale. tu te souviens du jour de votre rencontre comme si c’était hier. tu te retrouvais en colle pour avoir voulu cogner un type qui en disait trop sur toi pour que tu restes calme. les gens qui jugent, qui se moquent gratuitement ont toujours eu le don de t’énerver. ceux qui se croient meilleurs que les autres, qui pensent que la méchanceté est gratuite. tu étais tendu ce soir là, en allant en colle. il y avait ce type, d’une humeur aussi fracassante que la tienne. lui aussi semblait avoir passer une sale journée. le surveillant a ouvert la porte et vous, vous êtes engouffré dans la salle, filant jusqu’au fond pour vous asseoir. vous, vous êtes adressé un regard compatissant et tu as rabattu la capuche de ton sweat après avoir été réprimander par le pion. il y a eu cette fois et les suivantes pour entretenir votre complicité. celle qui ne vous a jamais quitté.

ça va, j’m’attendais pas à te voir là, mais j’aime bien les surprises.

je sais toujours comment te faire plaisir.
dis-tu avec un sourire amical tandis que tu accélères pour franchir le feu encore au vert. là depuis bien longtemps. tu ne laisseras pas un feu tricolore passant au rouge vous freiner. tu as la dalle, ryan aussi.
il te raconte sur un ton relativement embêté que les jours se ressemblent trop. ils s’enchainent dans une rengaine déprimante. tu le comprends. toi aussi, tu aimerais avoir plus d’improvisation dans ta vie. elle a ce rythme incessant, lassant.
faudrait qu’on se prenne quelques jours, j’sais pas, pour changer un peu.
et toi, alors ? j’sais que t’as vu anaïs l’autre jour, mais rien de plus. dit-il
ses mots mettent ton coeur un peu en vrac. tu te pinces l’intérieur de la joue, en te garant le long du trottoir. l’odeur de la pâte cuite au feu de bois et des ingrédients vient enchanter vos narines sans être sortis de la caisse.
oaui.
tu sors de la voiture, claquant la portière avant de rejoindre ton pote. tu louches sur le menu même si tu sais déjà quelle pizza commandée. tu gagnes juste un peu de temps pour essayer de prendre un air détaché. pour camoufler toutes ses questions qui traînent dans ta tête depuis cette fameuse nuit aux côtés d’anaïs. tu n’arrives pas à oublier ce que tu as ressenti ce soir là. ni à ignorer ce qu’elle provoque en toi. l’envie d’être quelqu’un. de la découvrir plus.
oaui…elle a dormi chez moi.

ryan peut se taper les filles qu’il veut. c’est le genre de type au charme irrésistible. c’est un tombeur. à votre façon, vous êtes tous deux des handicapés sentimentaux. il le sait bien ryan, que tu as vécu ta fin de relation avec neyla avec difficulté ; même si tu ne lui as jamais dit concrètement. et il doit probablement se douter que tu t’engages avec personne pour éviter de ressentir à nouveau ce vide. se sentir plus seul que jamais.
et toi, tu as vu sami récemment ?
tu sais que leur relation est tumultueuse. mais tu affiches un petit sourire. pour l'emmerder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Mer 4 Oct - 19:33

honnêtement, venir chercher ryan pour ensuite lui proposer de la bière et de la pizza en plus d'une compagnie agréable, c'est le truc parfait. faut dire que c'est pas un mec compliqué, babin, il aime les choses simples. se prendre la tête, c'est pour les gens qui ont le temps. enfin, ceux qui ont surtout du temps à perdre. lui, c'est pas vraiment son cas. en général, il préfère aller droit au but. avec ses potes, il tourne rarement autour du pot. il dit les choses, qu'elles plaisent ou pas. un pote, ça sert à ça aussi. ça sert aussi à faire plaisir à l'occasion comme alan maintenant. la joie est présente, ryan peut pas le nier. dans la voiture, alan dit d'ailleurs quelque chose qui fait sourire babin. « dés que j'ai des vacances, on bouge où tu veux, frère. » ryan est chaud pour aller quelque part, mais pas trop loin non plus. parce que les deux ont un problème simple : le manque d'oseille. la précarité, c'est lourdement casse-couilles.

alors qu'alan se gare, ryan prend des nouvelles, mentionnant le fait qu'il sait qu'ils se sont vus, al et ana. alan confirme, sans rien ajouter tandis qu'ils descendent de la voiture pour entrer dans la pizzeria. ryan sait déjà ce qu'il va commander et son cerveau est concentré là-dessus maintenant que l'odeur de la bouffe vient de lui emplir les narines. putain, ça sent bon. puis les propos d'alan forcent babin à tourner la tête vers lui. « ah ouais ? » le ton est neutre, parce que ryan sait pas trop si c'est habituel qu'anaïs dorme chez alan. il a jamais demandé, s'est jamais vraiment posé la question. mais maintenant que son pote le mentionne, il s'interroge. y a pas de jugement dans sa voix, juste de la curiosité et un sourcil haussé.

les deux commandent leurs pizzas et là, alan pose une question qui pousse ryan à soupirer. « ouais, je l'ai vu. je l'ai entendu surtout, l'est reloue quand elle s'y met. mais bon, t'es déjà au courant, hm. » le brun a pas tellement envie de s'étaler sur le sujet, parce qu'il en a déjà parlé avec ana l'autre jour. et au final, avec sami, y a jamais rien qui change. c'est toujours la même chose. « et toi alors, tu l'as vu récemment ? j'sais qu'elle a fait chier anaïs l'autre jour à la salle sans raison, j'avoue que ça m'a pas tellement étonné, mais bon. » ryan hausse les épaules, parce qu'il aime pas trop quand les gens font chier anaïs. c'est la meuf la plus agréable de la terre, à quel moment est-ce que les gens se disent qu'aller la gonfler est un bon passe-temps ? ça risque de donner, la prochaine fois qu'il croisera sami. au moins cette fois-ci, il aura une bonne raison de lui gueuler dessus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Dim 8 Oct - 18:37



tu savais que c’était un bon plan de venir chercher ryan à son taff pour ensuite, vous évader tous les deux. l’espace d’une soirée, autour d’une pizza délicieuse et d’une bière fraîche. il ne vous en faut pas beaucoup pour être heureux. les petits plaisirs, les plus simples sont les meilleurs. les gens l’oublient souvent. ces moments entre amis sont importants. ça permet de revenir aux sources, nous rappelle aussi qui nous sommes. et qui sont les gens importants. il te manquerait quelque chose si ryan ne ferait pas parti de ta vie. il est comme le frère que tu n’as jamais eu. celui a qui tu confesses tes craintes de certains jours même si c’est toujours avec pudeur.
on verra ça. je suis libre dans deux semaines perso.
retour au chômage. ça t’emmerde d’avance à l’idée que les journées seront encore plus longues qu’à l’ordinaire. tu n’as pas hâte de devoir à nouveau éplucher les offres d’emplois, enchaîner les entretiens quand la chance sera avec toi pour t’en donner quelques uns. tuer le temps, user de patience devant ton conseiller pôle emploi et ces stages de merde qui ne servent à rien, auxquels tu devras obligatoirement te rendre.
parfois, tu te dis que ça serait bien de monter ta petite affaire. pour te débarrasser de ces craintes. mais pour faire quoi. tu ne sais pas trop en quoi tu es doué, tu n’as pas d’idées innovantes. tu ne vois pas autour de quels concept tu pourrais développer ta propre activité.

tu te gares, vous descendez. un instant posés devant la porte de votre pizzeria préférée. le temps de terminer ta clope et d’en jeter le bout d’mégo dans le cendrier urbain. sans compter ton petit malaise à la simple énonciation de son prénom. anaïs. la femme qui te retourne bizarrement le cerveau depuis la dernière fois que vous, vous êtes vus. tu ne veux rien montrer à ryan. pas parce que tu redoutes sa réaction mais parce que tu ne sais pas comment prendre tes nouvelles interrogations. cette soirée. elle a éveillé chez toi de nouvelles préoccupations. tu veux te poser, réfléchir avant d’avancer tes propres conclusions. et tu sais aussi qu’une discussion avec la principale concernée serait une idée pour éclaircir le tout.
ah oaui ?
la voix de ryan te ramène à la réalité. tu recroises son regard. le truc c’est que tu peux pas lui mentir à ryan. il te connaît un peu par coeur.
c’est pas la première fois.
tu hausses les épaules, l’air de rien avant d’entrer dans le restaurant. ryan à tes trousses. mais à cause de sa propre faim, nullement de sa curiosité vis à vis de ton comportement douteux et ton regard légèrement fuyard.
le sujet sami. de quoi éloigner l’attention de toi. même si tu regrettes dès l’instant où il répond. qu’il t’explique ce tumultueux manège qui opère entre lui et sami. tu t’es toujours promis de ne pas trop te mêler de ces histoires. celles de ryan et sami. celle de sami et ana. car tu es ami avec tout ceux auxquels tu penses.
tu commandes une quatre fromages. ta fidélité parle autant que ta faim à cet instant.
on a skaté ensemble oui. la nuit comme souvent.
pendant vos insomnies. tu lui adresses un sourire en coin, sans chercher à approfondir la conversation. (…) une fois vos pizzas prêtes, vous les embarquez avec vous, montant dans ta caisse avec une hâte d’affamés. vous prenez la direction de chez toi parce que finalement c’est le plus court. installés sur ta terrasse aménagée, la lumière provenant de l’intérieur de la caravane est la seule qui vous éclaire. ça fait plaisir de pouvoir dîner en contemplant cette robe étoilée au-dessus de vos têtes. tu as beau être proche de la ville, ici - c’est comme un autre monde.
j’avais une faim de mal’de.
tu parles la bouche pleine et bois une gorgée de bière avant de regarder ryan avec le sourire d’un homme heureux. c’est plus qu’un festin.
tu sais que leur relation est tumultueuse. mais tu affiches un petit sourire. pour l'emmerder.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Lun 9 Oct - 14:14

se poser, partir en vacances ne serait-ce que pour quelques jours, ce serait carrément le top. ryan, ça lui ferait plaisir de pouvoir. dans un mois et demi, il sera en vacances pendant deux semaines. il les a posé il y a un bail et putain, il a hâte. « dans un mois et demi, perso. » et ryan capte que si alan peut dans deux semaines, c'est sûrement parce que son cdd sera terminé d'ici là. ryan a eu de la chance de signer un contrat, comme ça, il sait qu'il aura du taf jusqu'à ce qu'il décide d'arrêter ou jusqu'à ce qu'on le vire. « tu voudras que j'demande à mon taf s'ils cherchent quelqu'un ? » on sait jamais, peut-être que ce sera le cas et s'il peut aider son pote à pas se retrouver dans la merde, ce sera avec plaisir. puis bosser avec alan serait franchement plus sympa. plus drôle surtout.

puis les deux entrent dans la pizzeria et se mettent à discuter d'anaïs. entre autres. ryan pourrait raconter ce qu'elle lui a dit l'autre jour, sauf que c'est pas le genre de la maison d'étaler la vie des autres, même quand il s'agit d'en parler à son meilleur pote. sauf qu'alan lui dit qu'elle a dormi chez lui, ce qui surprend ryan. mais apparemment, aux dires d'alan ce n'est pas la première fois. comment ça ? personne ne lui avait dit que les deux faisaient des soirées pyjamas. mais ryan ne dit rien, il commande sa pizza et réfléchit. il se pose des questions et essaie de raccrocher les histoires différentes. mais ils viennent parler de sami et ça le déconcentre un peu. « j'sais pas comment tu fais pour la supporter, frère, mais j't'admire sérieux. » ça vient du cœur, cette phrase, parce que c'est vrai : ryan comprend pas comment alan fait. il pourrait pas.

dans la voiture, les deux sont tranquilles, les pizzas sur les cuisses de ryan, gardées bien précieusement. peperonni et quatre fromages. enfin, les deux arrivent chez alan et se posent sur sa terrasse. ils attendent pas avant de commencer à manger, trop affamés. « pareil, frère. » lui aussi boit une gorgée de bière entre deux parts de sa pizza. puis, il se remet à penser à anaïs et il a eu une idée. ryan, il veut comprendre quelque chose qui le taraude. il veut saisir et pour ça, il est prêt à mentir pour tester. « putain, vieux, j'sais pas si tu le savais, mais y a un nouveau à la salle. il fait un peu le beau d'ailleurs, mais bon, ça c'est un autre débat. anaïs arrête pas de m'en parler, j'te jure elle me casse les oreilles avec lui. c'est chaud, à tout moment elle lui saute dessus en pleine séance. » ryan fait le mec qui en peut plus tout en inventant l'histoire. parce qu'anaïs lui a parlé d'un mec l'autre jour, qu'il connaît et ça pourrait coller, putain. normalement, il serait pas du genre à utiliser ce genre de stratagème, mais là, on le force. et s'il a tort, il le saura. il veut juste voir si son histoire va soûler alan, si ça va le faire réagir. n'empêche que si ryan a raison, il risque de partir en fou rire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Mer 11 Oct - 22:47



c’est plus vraiment la saison du camping. les températures sont un peu trop descendues pour pouvoir supporter ne serait qu’une nuit dans une tente. c’est drôle que tu penses ça quand même, toi qui, d’une certaine manière - campe trois cent soixante-cinq jours par an. et en vérité, c’est aussi totalement contradictoire avec ta façon de vivre, mais tu n’aimes pas forcément le camping. disons que tu as su apporter des commodités auxquelles tu ne pourrais pas te passer. déjà, l’environnement. tu te vois mal supporter des voisins. même si ce n’est que pour quelques jours. ça serait plus fatiguant que reposant. et puis tu n’as pas les moustiques, ni les bêtes qui s’infiltrent dans ton sac de couchage. tu as un vrai pieu d’ailleurs. une couchette aussi confortable que le plus cher des lits. oui, t’es exigeant dans ton confort qui peut être moindre pour certains.
c’est en abordant cette possibilité de pouvoir partir quelques jours ensemble que ryan devine ta situation. tu es bientôt au chômage. tu vas bientôt devoir rendre des comptes à pôle emploi. plus que d’ordinaire en fait, ça ne change pas beaucoup. ça t’emmerde d’avance de devoir actualiser ta situation en cochant cette misérable case qui te rappelle que t’es sans travail. c’est comme si ryan lisait dans tes pensées. il te parle de son taf et de la possibilité que ça offre. un petit piston auprès de son responsable. tu souris doucement, appréciant le fait que son ami se préoccupe de lui. sans avoir l’impression d’être un assisté.
carrément. ça pourrait être sympa de bosser ensemble.
si vous aviez l’âge, tu te verrais déjà en train de faire une course de caddie dans les rayons du supermarché. quoique…à l’heure de la fermeture ça pourrait potentiellement se faire. ou sur le parking car tu imagines que carrefour possède quelques caméras de surveillance.
tu en ris d’avance de vos conneries de parfaits salariés. grands gamins que vous êtes. presque trente piges et toujours l’insouciance.

tu te sens comme piégé. dès la seconde où ryan a eu la brillante idée de parler d’anaïs. tu ignores si tu es réellement capable de lui cacher ce qu’il se passe dans ta tête. ce qui te travailles, te perturbes. ryan te connaît trop bien et même si tu essayais de lui mentir, il le saurait d’avance. alors comme tu peux, tu réponds à ses questions. tu lui expliques que oui, vous, vous êtes vus. et la réaction de ryan n’est pas à ton avantage. il semble surprit de savoir que ça n’est pas la première fois que ana dort chez toi. ton haussement d’épaule manque de naturel. ce qui peut éventuellement te sauver, c’est que ryan discute de sami à la place. tu es sauvé.
elle n’est pas si méchante au fond.
tu souris en coin, récupérant ta pizza et celle de ryan pour sortir de la pizzeria.

le moment tant attendu est arrivé. le dîner, à la lumière tamisée. l’odeur de votre repas qui enchante à la fois vos narines et éveille un peu plus vos estomacs affamés. conquis à chacune de vos bouchées. dans un instant, vous serez deux hommes repus et satisfaits. le silence s’installe un peu et tu es soulagé de constater que ryan ne parle plus de anaïs…ou presque. tu l’entends, qui remets le sujet sur la table. toi, en train de prendre ta bière pour avoir un prétexte, une excuse pour retarder l’instant où tu devras répondre à une de ses questions. tu écoutes chacun de ses mots, ta curiosité en éveil. tu tentes de rester le plus naturel possible, mais au plus il parle, au plus tu te sens incapable. qu’est-ce que c’est que ces conneries ?
tu le connais bien ryan. mais tu es en train de tomber dans son piège. tu mords à l’hameçon comme un terrible amateur. tu avales de travers, la bière te faisant légèrement tousser quand ryan souligne le fait que anaïs pourrait conclure avec un type de la salle.
qu’est-ce tu racontes.
pourquoi tu fronces les sourcils alan ? serais-tu en train de te vendre sous les yeux amusés de ryan ? quel petit con…et toi quel gros nul.
tu réalises finalement ta connerie et tu ris légèrement en secouant la tête.
et merde...enfoiré..je t’interdis de t’foutre de ma gueule. tu lui balances la croûte de ta part de pizza que tu tiens dans la main pour te venger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Jeu 12 Oct - 11:11

autant y a des gens à son taf que ryan aime bien, genre ils sont passables et il sait qu'il peut rire avec eux. mais y en a d'autres qu'il se priverait pas d'emplâtrer si seulement il ne tenait pas à avoir un virement sur son compte bancaire à chaque fin de mois. mais bon, ça, ça passe encore parce qu'il n'a pas tout le temps les mêmes horaires que ceux qu'il n'aime pas. le pire, ça reste certains clients qui se croient au-dessus de la masse et le font savoir par tous les moyens possible et imaginable. pour ça que ça le dérangerait pas qu'alan bosse avec lui, au contraire, ça détendrait ryan. « j'te promets rien, mais j'vais demander ! » sans aucune hésitation, au pire, il fait partir un de ses collègues en dépression pour libérer une place pour alan. quoique, y aura sûrement pas besoin que ryan intervienne, vu que les trois quarts des vieux qui bossent au magasin ont déjà envie de se pendre.

puis ça parle d'anaïs dans la pizzeria et ryan comprend quelque chose avec les éléments qu'il a déjà et ceux que rajoutent alan. sauf qu'il n'a pas envie de faire part de ses idées à son pote ici, il préfère attendre qu'ils soient isolés. surtout qu'il a envie d'être sûr avant d'ouvrir la bouche. et il a aussi envie de commander sa pizza. y a le sourire de ryan qui se dissipe un peu à la mention de sami et alan lui dit qu'elle n'est pas si méchante que ça. c'est sûrement vrai, même si ryan ne compte pas parler avec desrosiers pour le découvrir. « ouais, mais ose me dire qu'elle n'est pas casse-couilles. » parce que c'est surtout ça le problème de ryan avec sami, c'est qu'elle n'arrête jamais de le gonfler pour réussir à l'énerver un maximum en un minimum de temps. sauf que babin l'insulte pas trop là tout de suite, parce qu'alan l'aime bien et il respecte suffisamment son pote pour ne pas trop mal parler sur les ami(e)s de ce dernier.

posés sur la terrasse d'alan, ryan attaque en mangeant sa pizza tranquillement. il met son plan à exécution pour voir si ses suspicions sont fondées ou non. il mentionne anaïs encore une fois, l'air innocent en lui racontant des trucs sur elle qui ne sont pas vrais, histoire de le rendre jaloux ou, tout simplement, le faire réagir. et putain de merde, ça marche ! alan lui demande ce qu'il raconte en fronçant les sourcils. noooon ! ryan éclate de rire, parce qu'il n'en peut plus, c'est trop pour lui. alan et anaïs ? est-ce qu'il aurait dû s'en douter ? peut-être bien, mais ce n'est que maintenant qu'il ouvre les yeux. ryan reçoit la croûte de la pizza d'alan dans la gueule et se met à rire de plus belle. « putain, j'en peux plus de vous deux ! » et si ryan rit autant, c'est aussi parce qu'il est soulagé. alan n'est pas un enfoiré avec les meufs ou en tout cas, il n'est pas pire que ryan et c'est un bon début. « anaïs voulait pas me dire de qui elle me parlait, mais j'aurais dû m'en douter ! » c'est juste que babin n'a jamais été très doué pour les devinettes. « bon, du coup, tu la kiffes ? » voilà la vraie question. ryan babin, entremetteur, le retour. et il reprend son sérieux d'un coup en posant cette question, parce que ça y est, maintenant il passe aux choses sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Mar 17 Oct - 19:15



tu te vois mal enchaîner les mois prochains sans avoir rien à foutre. le chômage ça te déprime vite. même si tu trouves toujours quelque chose à faire car tu ne peux pas laisser le temps filer sans en exploiter les secondes. c’est comme ça. tu te rassures en disant que ça sera peut être possible de bosser avec ryan au carrefour market. tu as bien travailler quelques mois à inter. tu as déjà de l’expérience dans le domaine. et tu te dis que si en plus ryan est là, ça ne sera que meilleur. au moins, vous vous épaulerez. vous ruminerez ensemble sur le comportement parfois très détestables des clients ou de la responsable un peu casse couilles. tu t’imagines déjà à la pause clope à ses côtés. à débattre sur les caractères de vos collègues ou en vous rappelant qu’une fois dehors, vous serez libres de faire ce que vous voulez. après une dure journée de travail.

en étant dans la pizzeria, tu savais que ça t’évitait de trop parler d’anaïs. ça t’a protéger du sujet au moins quelques minutes avant que ryan ne se veuille trop curieux. tu n’es pas con. tu sais bien qu’il se pose des questions et qu’il a seulement envie d’en savoir plus. déjà, ça semblait le surprendre de savoir que la belle dormait parfois chez toi. c’est vrai qu’en y repensant, tu n’as jamais vraiment parlé en détail de votre relation à ryan. tu te voyais mal lui dire avouer votre feeling physique. ce n’est pas la peur de sa réaction qui t’en empêchait. tu n’as jamais vraiment trouvé utile le fait de lui exposer cette réalité. cependant, ryan n’est pas idiot. il comprendra aussi bien vite qu’au delà de vos rapports intimes, quelque chose de plus profond, de plus sentimental se met en place. mais être entre les quatre murs de cette pizzeria de quartier n’est pas infini. tu ne resteras pas éternellement protéger du possible interrogatoire.
tu ris, franchement amusé quand ryan avance que sami peut être sérieusement chiante. tu te pinces les lèvres.
elle a son caractère, c’est vrai.
tu ne peux pas le nier.
mais c’est un bien bref égarement car très vite, vous voici chez toi. parfaitement installés pour votre festin royal. tu es exposé à tous les risques maintenant. tu n’y échapperas plus. à ses questions gênantes et à ce sujet qui déjà à lui seul te fait durement réfléchir.
tu te fais avoir comme un bleu d’ailleurs. on te connait plus malin que ça d’ordinaire. mais ryan connait les failles, les chemins à prendre pour te piéger. c’est bien pour ça aussi que vous êtes amis.
bien vite c’est le rire du brun qui résonne dans le terrain vague. tu te sens vraiment ridicule maintenant, à presque ne plus savoir où te mettre !
anaïs voulait pas me dire de qui elle me parlait, mais j’aurais dût m’en douter !
sa remarque éveille ta curiosité. anaïs lui aurait donc parlé de lui ?
ana t’a parlé de moi ?
tu aimerais bien savoir ce qu’elle a dit.
bon, du coup, tu la kiffes ? qu’il demande après avoir retrouvé son calme.
tu te pinces les lèvres et fuis un instant le regard de ryan pour trouver tes mots. ou une aide imaginaire dans la nuit qui vous enveloppé.
elle me plaît oui. c’est possible.
tu avoues, sans être tranquille.
ça te fais pas chier que je puisse être intéressé par anaïs ?
elle est un peu comme sa soeur. faut dire que ryan a toute la légitimité à avoir envie de te surveiller. même si tu ne t’imagines pas une seconde faire du mal à anaïs.
c'était pas la première fois qu'on couché ensemble mais, il y avait un truc en plus. j'sais pas.
tu oses dire pour briser le silence.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: after work (ryan) Mer 18 Oct - 20:10

alan a sûrement fait une connerie en laissant autant de temps à ryan pour qu'il réfléchisse. il aurait peut-être dû le faire dévier un peu plus, lui faire carrément oublier le sujet. sauf que même dans ce cas-là, ryan n'aurait probablement pas pu passer à autre chose. et encore, il a su la jouer fine pour aller à la pêche aux informations. prêcher le faux pour savoir le vrai, simple comme technique. et là, ça a drôlement bien marché. c'est pour ça que ryan n'a pas pu se retenir d'éclater de rire. surtout que ça l'amuse de se les imaginer tous les deux ensemble. et direct alan capte certaines des paroles de ryan, cherchant peut-être à savoir ce qu'ana a dit sur lui. « en gros, elle m'a dit qu'elle voyait un de mes potes, sans préciser qui. tu t'es cramé quand t'as dit que c'était pas la première fois qu'elle dormait chez toi, vu qu'elle avait mentionné que ça faisait un moment que le truc durait. » il ne dit que les choses qu'alan sait déjà au vu de sa relation avec anaïs. par contre, il ne dira pas ce que sa meilleure pote a dit sur ce qu'elle ressentait. il sait qu'il n'apprécierait vraiment pas qu'elle le fasse, alors il ne le fera pas non plus. et il ferait la même chose pour alan, comme ça, pas de jaloux.

sauf que ryan reprend son sérieux pour poser une question à son tour, à savoir : est-ce que alan kiffe anaïs ? parce qu'il sait qu'elle l'aime bien, elle, alors autant savoir si c'est réciproque. même s'il ne dira rien, il peut toujours arranger les choses pour les deux. ryan qui joue les cupidons, magique. alan avoue qu'elle lui plaît. ryan hoche la tête : très bien. il prend une part de sa pizza pour garder un air neutre, ne voulant pas se mettre à sourire comme un con à la nouvelle. il repose sa pizza quand son pote lui demande si ça ne le fait pas chier. ryan sourit en secouant la tête. « honnêtement, ça aurait été un autre de mes potes qui traitent mal les meufs, ça m'aurait fait chier. je l'aurais dit à anaïs et au gars direct. mais toi, j'te fais confiance. pas la peine de te faire des menaces non plus, tu connais déjà les bails. » parce que ouais, alan sait déjà de quoi ryan est capable pour anaïs, pas besoin de préciser. et quand alan continue de lui raconter, babin croit entendre moreau. c'est ouf. cette fois, il ne retient pas le nouveau sourire qui apparaît sur ses lèvres. « bah alors vas-y frère, j'crois que t'as une ouverture. » enfin, il en est surtout certain et al peut le deviner facilement vu que sa source n'est autre que la première concernée.
Revenir en haut Aller en bas
- Contenu sponsorisé -
MessageSujet: Re: after work (ryan)

Revenir en haut Aller en bas
after work (ryan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: release your problems :: lonely boy :: rps-
Sauter vers: