.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

wish i never met you (anna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: wish i never met you (anna) Jeu 5 Oct - 21:53

Un apéro qui a commencé beaucoup trop tôt comme à chaque fois. Il les enchaine sans trop se soucier du fait qu'il a que dalle pour payer. Il sait bien que son pote le rincera. Il est arraché. Trop d'alcool dans le sang. Les yeux qui se disent merde l'un à l'autre. Il marche encore droit, ça le pousse à croire qu'il peut boire un peu plus. Ingurgiter une ou deux bière encore. Juste pour se foutre complètement à l'envers. attend je reviens. qu'il fait à son pote à côté de lui. Il a grave envie de pisser. Et là, il reconnait ce bâtiment juste en face de lui. Merde. Foutue coïncidence. Elle. Il en a passé des soirées ici bordel. Il se marre intérieurement de la connerie qu'il prépare et lance cette fois à son pote: m'attend pas en fait, je te rejoins là bas. Après avoir tapé le code d'entrée -une chance qu'il n'ai pas été modifié- il glisse les mégots qui trainent dans ses poches dans la boite aux lettres de la jeune femme. Puis il grimpe les étages qui le sépare de son palier. Une clope qu'il allume en chemin sans trop se demander s'il peut y avoir des détecteurs de fumée. Les lieux sont vieux, sans doutes que non.

Arrivé devant sa porte, il sort sa queue et commence à pisser son son tapis. Elle saura jamais que c'est lui de toutes façons, elle est sans doutes en train de se faire sauter quelque part en ville. Les chiottes, c'est bien son genre. Et là, la porte s'ouvre devant lui. Merde. Putain. Fait chier. Y'a tout un tas de truc qui se passe dans sa tête à cet instant mais rien de cohérent. Rien pour expliquer qu'il soit là, devant chez elle en train de pisser sur son tapis. Il la regarde de ses yeux vitreux avant lever le doigt au ciel. j'avais envie d'pisser. Ouais. Pas génial. Pas mieux en même temps. Il renifle avant de se gratter le nez. Suite à ça, il vient ranger l'engin à l'intérieur de son jean et se refroque avec difficultés. Une tâche pas si aisé quand on sait dans quel état il se trouve. Elle a pas l'air contente mais c'est le dernier de ses soucis bordel. Qu'elle porte plainte tiens. Il s'en balance. Il est même plutôt fier de son coup et affiche un sourire radieux à celle qui a réduit son organe vital en poussière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Ven 6 Oct - 23:35

On connaît tous le genre de nuit merdique passée à rouler dans nos couvertures à ouvrir les yeux plus souvent qu'ont les fermes. Certains imbéciles disent que c'est la pleine lune qui affecte notre sommeil, Annabelle s'en contre fichait de la lune à ce moment précis, elle voulait juste dormir. Le matin allait arriver plus rapidement qu'elle ne voulût et sa routine qu'elle n'appréciait pas vraiment allait recommencer. C'était peut-être pour cette raison que le sommeil était mauvais, puisqu'elle redoutait le matin. Son appartement était simple, ses parents auraient voulu le meubler à leur goût, mais elle leur a bien fait comprendre qu'elle jetterait tout ce qu'elle n'aimait pas par la fenêtre alors ils ont simplement fait comprendre à leur seul enfant qu'ils ne la visiteraient pas. Chose qui ne l'a pas surpris ou dérangé.

Quand Anna ne sait pas quoi faire d'elle, elle marche. Pour tuer l'ennuie, pour tuer ses pensées, elle marche dans les rues de la ville dans laquelle elle a toujours vécu, mais la nuit elle est différente. La nuit, la noirceur lui donne un charme ou protège la jeune blonde du regard du monde. Dans la nuit, elle peut être ce qu'elle désirait. C'est pour cette raison qu'elle se leva au milieu de la nuit, enfila les premières chaussures qu'elle trouva et s'apprêta à ouvrir sa porte. Elle n'avait pas entendu de bruit, quelqu'un qui pisse, surtout sur un tapis, c'est pas très bruyant. Je mens, en faites, elle l'a entendu ricaner. Trop ivre pour se rencontre compte qu'il est bruyant surement, mais elle pensait que c'était un autre jeune sur son étage qui rentrait tard après une soirée bien arrosé.

Quand elle ouvrit la porte, elle resta surprise quelques secondes. Dégoûtée un peu ou fatigué, son visage ne démontrait pas la joie. Une partie d'elle souriait. Il était ici. Peu importe ses raisons, il était de retour à sa porte. Elle savait que leur prochaine rencontre ne tarderait pas, mais elle croyait être celle qui forcerait la chose. T'es sûr que t'es à la bonne porte? J'suis par le seul cul que tu t'es tapé, mais moi, j'aie juste payé quelqu'un pour nettoyer à ma place. Elle prit une pause pour se faufiler entre la porte qu'elle referma derrière elle, ne pas mettre les pieds dans la pisse et Alix qui ne voulait pas bouger ou avait de la difficulté avec les distances. Elle profita de la proximité pour lui volé la cigarette qu'il venait d'allumé en la regardant chialer. Elle portait qu'un grand t-shirt, les nuits étaient encore assez chaudes et de nos jours, avec la mode, on peut excuser d'importer quel habit ridicule. la porte n'est pas barrée si tu n'as pas fini, je m'en balance. la triste vérité c'est que c'était vrai. La carte de crédit de papa allait payer pour les réparations, même s'il brisait tout. Elle s'en allait faire les escaliers s'en regarder derrière. fais attention en repartant pour pas t'éclater le visage dans les marches. Elle ne voulait pas qu'il parte, enfaite, elle jouait son indifférente, mais souhaite retourner dans l'appartement avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Dim 8 Oct - 16:33

Il devient comme son père tiens, à pisser sur les paliers de porte en ricanant comme un con. L'impression grandiose de respirer la discrétion alors qu'en réalité, il fait un boucan monstre. Pas que ça le dérangerait d'avoir des spectateurs. Peut être même qu'il finirait chez les poulets. Très bien, ce ne serait pas la première fois qu'il se ferait coffrer de toutes façons. Mais cette pensée qui le parcoure le temps d'un battement de cil le fait dessaouler. Comme son père hein ? Un rat. Un type qui prend beaucoup mais qui file jamais rien. Jamais là quand on a besoin de lui. Addict. Alors c'est vraiment ça son destin à Alix, finir mal. Comme son vieux. T'es sûr que t'es à la bonne porte? J'suis par le seul cul que tu t'es tapé, mais moi, j'aie juste payé quelqu'un pour nettoyer à ma place. Elle le sort de ses pensées. Froide et vindicative, comme à son habitude. Lui, il a envie de hurler, de sortir toute cette colère, cette haine qui s'accumule au fond de ses veines et qui le brûle à petit feu. Foutue relation incendiaire. Cette fille l'a foutu en l'air. Et la voilà, nonchalante au possible, qui lui passe devant pour lui piquer sa clope avant de s'éloigner. Il tient à peine debout. Elle arrive à le faire se sentir comme une belle merde. S'il avait encore un peu de jus entre mes couilles, il lui aurait litteralement pisser dessus. Mais rien ne sort. Comme ces larmes qui le réclament depuis trop longtemps.

Il dit rien, il la laisser s'éloigner, admirant d'un coin de l'oeil ses sublimes courbes, celles qui lui appartenait y'a pas si longtemps que ça. fais attention en repartant pour pas t'éclater le visage dans les marches. comme si t'en avais que'que chose à foutre. murmure t-il, comme à lui même avant de froncer les sourcils et frapper sa porte d'un grand coup. Puis il va à sa poursuite, agrippe son bras, assez fort pour laisser une marque sur sa peau. pourquoi putain ? c'est une question qu'il se pose depuis trop longtemps. Et la réponse ne pourra que le briser un peu plus mais il a besoin d'entendre les mots : je ne t'ai jamais aimé. J'en ai eu marre de toi. Ceux qu'il imagine. Faut qu'il arrive à passer à autre chose. A prendre le large. Il serre un peu plus fort l'etreinte autour de son bras. Les dents serrés. pourquoi tu m'as foutu en l'air comme ça ? Il est à bout de souffle. Dans un combat qu'il mène seul. Parce qu'elle, elle va bien, elle s'en fout pas mal de ses états d'âmes. Sauf qu'il lui faut entendre tout ça pour réussir à fuir cette situation, cette fille vers laquelle il revient sans arrêt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mar 10 Oct - 17:07

Elle ne s’attendait à rien avec lui. Lui, c’est une tornade. Y’a qu’au centre, dans l’oeil, qu’on est en sécurité. Quand il était ensemble, elle savait qu’il n’irait jamais trop loin. Amour enflammée, ils se riaient dessus, lançaient dans objets, tout ce dont vous pouvez imaginez. Elle était au centre de la tornade. Elle savait que jamais il ne lui ferait mal. Aujourd’hui, c’était différent. Aujourd’hui, elle était la cause de la tempête et contrairement au diction, il n’y aurait probablement pas de calme après celle-ci. Le coup dans sa porte résonnait toujours dans sa tête alors qu’il lui attrapait le bras. Elle souriait nerveusement. Elle ne voulait pas montrer qu’il était sa faiblesse. Elle avait mal et il pouvait surement sentir son coeur battre de plus en plus rapidement dans sa main qui serrait sans retenue la peau douce d’Anna. Ses mots, de leur dernières rencontre lui tournaient en boucle dans la tête. tu crois quand même pas qu'j'étais sincère quand je te disais que j’t'aimais. Elle n’était pas capable de parler, c’était peut-être l’anxiété ou  la peur, mais elle restait là, la bouche ouverte. Elle aurait voulu trouver les mots parfaits pour lui répondre. La phrase qui lui permettrait de passer à autre chose, de l'oublié complètement, ou même à la pardonner. Elle aurait voulu que le regard noir d’Alix se calme et qu’il aperçoit la sincérité dans ses yeux. Si différents, mais pareils en même temps. Incapable de s’avouer leur vrai sentiments. J’ai pas facilité les choses, tu veux dire? Après tout, j’étais assez égocentrique pour croire que tu touchais qu’mon cul. Elle avait pris le même ton qu’il avait utilisé dans le tramway. tu crois quand même pas qu'j'étais sincère quand je te disais que j’t’aimais. Cette phrase encore dans sa tête depuis. Il l’avait affecté plus qu’elle voulait démontrer, plus qu'elle voulait s'admettre. Elle l'avait trompé, mais elle était elle aussi en colère, après tout, selon ses mots, il avait fait la même chose. Pourquoi avait-il le droit d'être en colère alors. Ils se méritaient.Pourquoi ça te déranges tant, tu m’aimais même pas. Des larmes cherchaient leur chemin jusqu’à ses yeux, mais elle ne savait pas si c’était à cause de la douleur physique qu’il lui imposait où parce que dire ces mots à voix haute les rendait vrai. Il voulait une réponse. La vraie réponse, Anna n’a pas de mot pour la décrire. Encore une fois, ils sont les deux incapables de s’admettre le bonheur. Ils sont deux abrutis qui vivent dans le malheur, parce que c’est tout ce qu’ils connaissent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mer 11 Oct - 9:47

Il la suit. Comme un pauvre clébard, putain. Elle le tient encore clairement sous sa coupe. Encore une fois, c'est elle qui gagne la partie. A chaque fois en fait, il est trop faible Alix. Seulement quand il s'agit d'elle et ça le tue lui. Ca le rend ouf de pas réussir à juste la sortir de son crâne. Qu'est ce qu'elle fout encore là putain, ça fait plus de sept mois maintenant. Il lui attrape le bras, sans doutes qu'il lui fait mal. Il s'en bat les couilles. Il veut lui faire mal de toutes façons et comme c'est impossible psychologiquement, peut être qu'il pourrait juste la butter. Au moins, il n'aurait plus de chances de croiser sa route. J’ai pas facilité les choses, tu veux dire? Après tout, j’étais assez égocentrique pour croire que tu touchais qu’mon cul.  Sans doutes qu'il récolte ce qu'il a semé. Il le mérite tout ça, à se comporter chaque jour comme une merde, peut être que c'est juste le karma qui se charge de son compte mais putain ça lui brûle le coeur. Pourquoi ça te déranges tant, tu m’aimais même pas. Elle reprend se dires. Comment peut elle une seule seconde y croire ? Comment peut elle penser qu'il ne tient pas à elle, qu'il ne l'a jamais aimé. C'était une évidence. Malsaine certes mais bien présente. N'importe qui aurait pu le voir dans son regard. Aujourd'hui tout ça a été remplacé par trop de noirceur. Ces yeux ne s'habillent plus d'étoiles quand il les pose sur elle, c'est embrouillé.

Son poing se serre de colère et vient heurter le mur derrière elle, frôlant son oreille. Il était à deux doigts de lui en flanquer une mais il ne veut pas finir comme ces types qui collent des raclés à leurs copines même si la limite est parfois mince. bien sur que j'étais amoureux de toi putain. Il regrette ces mots, ses doigts le manie comme une foutu marionnette, il ne se contrôle pas. Lui. Ces mots. Connasse perfide qui fait ressortir ce qu'il y a de pire en lui. Elle est mauvaise pour lui. Véritablement. Il sait pas pourquoi il continu d'y retourner. Peut être à cause de cette petite voix qui lui cri qu'il ne mérite pas mieux. Il utilise le passé, ça veut dire qu'il a avancé non ? Peut être même qu'il est prêt à tourner la page. Sa main lui fait maintenant atrocement mal, comme si le coup porté venait de lui monter au cerveau. Il s'éloigne finalement, lâchant prise totalement. Prêt à la laisser partir. Un combat qui ne touchera jamais à sa fin. Et d'un coup, lui ne fait pas en sorte que tout ça se termine. Il continu de jouer, même en sachant qu'elle a les cartes en mains.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mer 11 Oct - 23:20

Le bonheur, ce n'est pas quelque chose qu'elle a connu. Pas avant lui. Pas avant leurs relations. Ils étaient chaotiques, mais leur chaos les rassemblait parfaitement. Plantée devant lui, elle ne reconnaissait plus son regard. Cette noirceur, cette haine, jamais elle ne l'avait vu. Peut-être une fois, quand elle a tout gâché. Quand elle a posé les yeux sur un autre, simplement parce qu'elle avait besoin de se sentir désirer. Les apparences sont trompeuses. Anna n'a aucune estime d'elle. Pour laisser les hommes la traiter comme il le fond et pour en redemander de la sorte, elle ne sait pas comme s'aimer elle-même. Alors quand l'amour s'attaqua à son coeur, c'était tout nouveau. Elle ne le méritait pas, pas Alix. Elle ne croyait pas le mériter et elle s'est débrouillée pour le faire fuir. Après deux ans, alors que tout allait aussi mieux qu'il le pouvait entre ses deux idiots. Lors d'une soirée trop arrosée, elle laissa les mains d'un autre caresser son corps. Pour se sentir en vie, belle et importante. Elle ne pouvait pas lui dire cela, c'est des excuses bidons, des excuses qui ne pardonneront jamais le mal qu'elle peut avoir fait puisqu'elle est vide, superficielle et pathétique.

Le bruit de sa main contre le murs si près d'elle résonnait toujours dans sa tête alors qu'il avoua qu'il l'avait un jour aimée. Même si elle était terrifiée, même si elle sentait son oreille s'enflammer, son coeur se réchauffa. Quelqu'un avait vraiment apprécié son existence. Dans sa famille, Anna est la pourriture qu'on essaie de camoufler avec de jolis vêtements. Elle hait la vie parce qu'elle hait sa famille et c'est tout ce qu'elle connaît. Il ne le réalisait peut-être pas, mais sa respiration était plus forte, plus saccadée à cause de la colère qui l'habitait. Par chance, les voisins d'Anna ne sont pas mieux qu'elle est jamais ils ne sortiront le bout du nez pour vérifier d'où vient se bruit. Elle regardait son bras qui changeait doucement de couleur et se demandait qu'est-ce qu'elle avait à perdre. Elle lui attrapa le visage sans lui donner le temps de réagir et l'embrassa. Elle ne s'attendait pas au début d'une seconde histoire d'amour, mais espérait une seconde fin. Je t'aimais aussi. Vraiment. J'te méritais pas et j'avais besoin que tu'le saches. Comme si c'était un réflexe acquis depuis longtemps, elle ferma les yeux et s'attendait à un autre cou dans le mur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Jeu 12 Oct - 22:22

Avec elle, il y avait cru à l'amour putain. Deux ans. Ils étaient beaux en vrai. Un peu malsain. Un peu maladroit. Parfois même clairement possessifs l'un envers l'autre mais ils étaient beaux. Elle était sa drogue, une dépendance dont il a peiné à se défaire. Il avait pas baisé d'autre meuf pendant près de deux. Pas pendant qu'il était avec elle en tout cas. Oui, parce que leurs relations était un peu chaotique et les 'pauses' fréquentes. Là, il lui arrivait d'aller voir ailleurs, elle aussi sans doutes. D'ailleurs, il l'aurait pardonné si elle l'avait quitté avant de se barrer avec un autre mais non, il avait fallu qu'elle fasse ça sous ses yeux. Comme si d'une certaines façon, elle avait espéré qu'il la voit fauter. Qu'il le découvre. Qu'il la déteste. Et lui pendant des semaines, il avait espéré un geste à la con. Il avait failli noyer son répondeur une bonne centaine de fois mais il était trop fier pour faire un pas. Juste un. Aujourd'hui, y'a plus que des débris. Tout à explosé en ruine. Elle craint putain. Il aurait pas du venir sur ce palier ce soir. Il aurait jamais du la rencontrer, sa vie serait beaucoup plus simple aujourd'hui. Sans déconner. Il lui cri sa haine, celle qu'il rêve de déverser depuis trop longtemps, celle qui le ronge de l'intérieur. Celle sans laquelle il n'aurait sans doutes pas survécu à tout ça.

 Ses mains viennent encadrer son visage. Trop brusquement pour qu'une quelconque réaction apparaisse chez lui. Il déguste et ce dans tous les sens du terme. Ces lèvres contre les siennes, le temps d'une seconde. Elle lui a tant manqué putain. Il a envie de hurler, de la mordre. Puis elle recule, rompant ce contact qui a l'effet d'un coup de couteau en plein cœur. Je t'aimais aussi. Vraiment. J'te méritais pas et j'avais besoin que tu'le saches. Il recule d'un pas, prend sa tête entre ses mains, tirant sans ménagement sur ses propres cheveux, histoire de vérifier qu'il est bien là, que ce n'est pas un rêve. T'as pas l'droit bordel de merde. Il lève les yeux au ciel, bien incapable de résister à la foutue tentation qui lui dévore le bide, les entrailles. Il la plaque contre le mur et vient coller ses lèvres contre les siennes à nouveau. Parce qu'elle ont un goût sucré et agréable, parce qu'il en a envie, tout simplement. Une main vient épouser son bassin alors que l'autre s'écrase contre sa nuque. Il la deteste de réussir à malmener sa raison à ce point. Ce sont les hormones qui parlent, il ne l'aime plus. C'est impossible, pas après ce qu'elle a fait. Il pourrait pas pardonner. Il est incapable de tant de bonté. Et tandis qu'il rêve de la laisser là, sur le carreau, il continu de l'embrasser, mêlant sa langue à la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mar 17 Oct - 0:16

Alix aura toujours une place spéciale dans le coeur froid d'Annabelle. Un premier amour, à ne s'oublie pas. Peut-être parce que ça ne fait que sept mois qu'ils se sont séparés ou parce qu'elle est jeune et naïve, mais elle ne pense pas aimer de cette façon-là à nouveau. C'était peut-être vrai. Avec elle, c'est tout un défi rentrer dans ce trou sous sa cage thoracique. Elle vient d'un monde où aimer, c'est pour les plus faibles. Elle n'est même pas certaine d'avoir vu ses parents avoir l'air amoureux. Ils se tiennent la main et agissent comme un couple, mais la passion, ce n'est pas pour eux. Anna, elle y a goûté et même si elle blessera les hommes à qui elle s'attachera si elle y parvient, elle en voudra toujours plus. Ce trou, tant qu'elle ne le remplie pas elle-même, y'a pas un homme qui va le combler.

Elle n’avait pas conscience du mal qu’elle lui faisait, elle n’est pas mauvaise, mais elle voulait sentir sa peau contre la sienne encore une fois. Elle n’était pas prête à le laisser repartir comme ça. Après leur rupture, elle a longtemps regretter ses actions. Elle a longtemps fait le chemin jusqu’à chez lui. Elle a longtemps voulu réparer ce qu’elle a fait. Alix et elle, ils n’étaient pas un objet, on ne répare pas une trahison avec de la colle et un peu de patience. Jamais il ne lui ferait encore confiance, déjà que la confiance entre-eux, c’était déjà quelque chose de complexe.

Les mots qu'il avait prononcés résonnaient dans son crâne. Elle ne cherchait pas à jouer avec ses sentiments, elle ne cherchait pas son pardon non plus. Son corps était un aimant pour Anna et cette proximité réveillait de vieux souvenirs. Pour un moment, elle appuierait sur pause. Juste un instant, pauser sur leur histoire, qu'ils oublient tout et qui s'amusent une dernière fois. On fait rien que s'amuser. Sentir la chaleur de ses lèvres réveillait un feu chez Annabelle. Une énergie qui lui avait manquée. Elle le désirait depuis qu'il l'avait quittée. Elle recherchait cette chaleur, ce goût, ce toucher avec tous les hommes qu'elle avait fréquentés, mais ce n'était jamais la même chose. Il la repoussa un instant qui paraissait une éternité. Lorsque son dos toucha le mur, elle revint en vie pour une seconde, pour un instant. Elle ne savait pas combien de temps ça allait durer et ne voulait pas que ça arrête. Naturellement, comme s'ils l'avaient fait mille et une fois, sans laisser leurs lèvres se détacher, elle le tira jusqu'à sa porte d'entrée, fessant bien soin de ne pas piler dans la pisse. Tu veux rentrer? Elle lui laissait la chance de prendre fuite. Elle regrettait les mots qu'elle venait de dire entre deux baisers. Elle avait une main sur la poignée. Elle avait déjà l'autre main sous le chandail d'Alix, prête à sauter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mer 18 Oct - 10:46

Elle l'aimait. C'est ce qu'elle dit. Il lui en veut de prononcer ces mots. Elle l'a vraiment pris pour un gros con, d'autant plus si elle l'aimait, c'est pas logique. Il ne comprend pas. Alors quoi, elle savait pas comment lui dire qu'elle l'aimait plus ou elle en avait juste marre de lui ? Ca n'explique en rien pourquoi elle a fait ça. Il a besoin d'un peu de transparence pour mettre les choses au clair, réussir à tourner cette putain de page à la con. Cette qui ne semble collée à la prochaine. Putain mais voilà, elle malmène totalement sa raison et il ne répond plus de rien. Il est pas capable de la repousser, pas capable de refréner tout ce désir qui vient l'assaillir de toutes part. Un combat perdu d'avance. Il n'aura jamais la main avec elle. Elle a toujours mené la danse et ce soir le prouve. Conasse. On fait rien que s'amuser. C'est ça dont il doit se convaincre. De l'amusement, c'est tout. Elle n'est qu'un trou de plus. Un fille avec de longues jambes à culbuter. Ce n'est pas celle qu'il a aimé, celle pour qui il éprouve encore beaucoup trop de choses même si c'est malsain comme jamais. Sauf que la connerie est là. Il ne fait pas que s'amuser.

Y'a trop de choses qui s'accumulent dans son cerveau. Il est prêt à exploser. Il a envie de hurler. Dans un premier temps, il se laisse trainer jusqu'à la porte, marionnette douce et malléable. Elle doit bien jubiler la morue, de voir qu'elle a encore cet effet là sur lui. Et alors qu'ils se trouvèrent devant la porte d'entrée comme une bonne centaine de fois avant, elle a un temps d'arrêt. Tu veux rentrer? C'est le moment tant attendu, une opportunité pour lui de se barrer. Il devrait le faire. Vraiment. Ça peut pas bien se terminer cette soirée. Ici, c'est bien. fait il en la tournant contre le mur. Il ne veut pas entrer chez elle, il ne veut pas lui donner cette satisfaction. Tout ce qu'il souhaite en vérité, c'est lui faire payer, et la traiter comme une chienne en la sautant sur le pallier. C'est tout ce qu'il a trouver pour lui faire du mal. La traiter comme si elle n'était plus rien. Comme les autres. Puis renter chez elle, l'odeur de son intérieur qui lui filent entre les narines. Ces souvenirs trop glauques qui lui remontent à la surface, l'idée de l'autre sur elle, en train de la sauter. Ca lui file la gerbe. Il vient la mordre dans le cou, histoire de la marquer au fer rouge, puis il commence à foutre sa main dans sa petite culotte pour jouer avec son intimité. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Lun 23 Oct - 23:28

Sale. Autant lui qu'elle. Sale. Autant la situation que ce qui les poussent ensemble. Comme deux aimant défectueux, ils se s'attirent et se repoussent en même temps. Annabelle elle cherche les relations comme celle-là. Son problème, c'est peut-être qu'elle le cherche dans tous les hommes. Elle ne respecte pas son corps et le puni toutes les fois qu'elle accepte d'ouvrir les jambes. Elle sautait encore dans le vide. Incapable de refuser, elle le désir plus qu'elle devrait. S'il veut la prendre ici, il peut bien tant que sa peau continue à toucher la sienne un peu plus longtemps. L'odeur de la pisse devrait la déranger. Être utilisée de la sorte devrait la dégoûter mais son coeur est défectueux. Elle ne connait que les hommes qui l'utilisent et qui la repousseront dès qu'ils auront terminé. Elle était simplement un objet et elle ne demandait pas plus. Si c'est ce que tu veux. Annabelle se sentait vainqueur, dans un lit ou son entrée, elle avait ce qu'elle voulait. Prise entre le mur et les actions d'Alix, elle ne se soucit pas qu'un voisin les surprend. Le pire qui arriverait, c'est qu'elle doit déménager. N'importe quoi pour goûter à ce qui lui apportait au paravant. Ils n'étaient plus les mêmes et ne s'aimaient plus comme ils s'étaient déjà aimé. Même s'ils essayeraient, même si elle le veut terriblement, elle a brisé leur couple et ne retrouvera jamais ce qu'ils avaient. Alix, elle le connait, elle sait qu'il ne la pardonnerait jamais. Entre le mur et son corps chaud, elle trouve un certain plaisir à se faire mordre, comme s'il lui rappelait qu'elle était en vie. C'est seulement lorsqu'elle sentie ses mains froides contre sa peau qu'elle força un mouvement pour se retourner vers lui. Pour l'enlacer avec une jambe et utiliser ses mains à son tour. Il n'y avait pas d'amour ici, mais de la haine, il lui en voulait et elle se détestait de l'avoir faire fuir. Ce touché, elle le cherchait depuis sept mois.

*excuses ma réponse, j'étais pressée, comme tu as vu, mon ordi à des problèmes, je répondais rapidement dans une pause au travail!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mer 25 Oct - 9:52

Sept mois d'attentes. Sept mois comme un clébard à attendre qu'elle lui jette un os. Même un tout petit, il s'en serait satisfait. Et alors que le moment arrive, il se sent pas mieux pour autant. Il contrôle la situation. Il se venge et ça lui fait l'effet d'une bombe dans l'estomac, il a pas vraiment l'impression de gagner quoi que ce soit dans cette affaire mais plutôt de perdre, encore et encore. Il aurait du s'en douter, lui, il ne sera jamais gagnant dans cette affaire. Jamais. Alors qu'elle pourra continuer de lui écraser la gueule comme s'il n'était rien. Continuer de jouer avec lui comme s'il n'était qu'un pion dans un grand échiquier. Parce qu'Alix, il ne sait pas qu'elle même est aussi prisonnière de tout ça, de ses tourments, de son incapacité à aimer. Il ne le comprend pas parce qu'il ne le veut pas. Pour lui, l'option qu'elle a fait ça simplement pour se faire du mal à elle ne tient pas la route et pourtant... La preuve ce soir, alors qu'il lui impose de faire ça ici, comme si elle ne méritait rien de mieux. Si c'est ce que tu veux. Elle accepte, presque volontiers. Comme pour appuyer sur le fait qu'elle n'est rien. Et lui, il s'enfonce un peu plus. Chaque fois. Parce qu'il est bien incapable de se refuser à elle. Pourtant, ce n'est plus de l'amour, tout ce qui l'était s'est transformé en cendres pour renaitre sous les traits de la colère et la haine. Un refrain de vengeance au fond du crâne.

Tandis que ces mains viennent chatouiller son anatomie, il l'entend jouir une seconde. Il sourit. Content de son petit effet. Il baisse un peu son jean, juste de quoi rendre ses mouvements plus amples, plus vif, jusqu'à totalement lui enlever son string. Il se fout pas mal d'être vu lui. De toutes façons, c'est une partie de son corps dont il est plutôt fier et qu'il exhibe sans honte. Elle se tourner vers lui et prendre à nouveau ses lèvres d'assaut. Bordel ce qu'ils sont bons à ça. Sa main quitte son intimité pour soulever une de ses jambe. L'autre, dans le même temps vient retirer la fermeture éclair qui le sépare d'elle. Dernier rempart, son caleçon mais il ne tarde pas à faire de même avec virulence. dis moi qu'tu veux que j't'e prenne ici. ajoute t-il à sa perversité. Il a besoin de l'entendre de sa bouche en vérité. D'être sûre qu'elle a encore au moins du désir pour lui. Que ça au moins, ça n'a jamais été faux entre eux. Certes, l'amour n'était pas au rendez vous mais l'envie était prépondérante. C'est con vous me direz, d'avoir besoin d'être rassuré à ce point. Après tout, son corps prouve de lui même qu'elle le veut, lui. Il se tend sous ses caresses.

*pas de soucis, c'est très bien, je le comprend tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Sam 4 Nov - 13:43




Annabelle et Alix. Deux âmes perdues. Deux jeunesses brisées. Ils pourraient avoir beaucoup de potentiel. Ensemble ou pas. Ils pourraient avoir un avenir. Je ne peux pas parler pour Alix, mais Annabelle est trop préoccupée par son drame existentiel d'enfant de riche pour voir qu'il y a plus dans la vie que son nombril. Elle aurait du potentiel dans la danse, mais la drogue et son refus presque total de s'alimenter affaiblie son corps doucement. Elle est si jeune, elle ne ressent pas les effets, mais chaque homme qui ont caressé sont corps ont sûrement ressentis quelques os. La danse l'empêchait de perdre quelque courbes alléchantes, mais les cernes sous ses yeux ne mentent jamais. Alors qu'il lui demandait de lui dire qu'elle le désirait, Annabelle aurait pu pleurer si son âme n'était pas si vide. N'importe quoi pour le ravoir sous son emprise. Elle est à moitier nue sur son pallier d'appartement à ouvrir ses jambes à un homme qui lui veut que du mal. J'veux que t'me prennes. J'ai besoin que t'ne prennes. Son touché dans tendresse lui rappelait des souvenirs amers d'un être qu'elle a déjà été. Un lègé sentiment de bonheur, de victoire, même si après cette baisse, Il repartirait vider et elle resterait seule. La chose qui la dérange le plus. Cette solitude qui la ronge depuis l'enfance, cette solitude qui la détruira bien un jour. Les mots qu'elle avait dit était sans émotions. Quelque chose avait décliqué en elle. C'était peut être la situation dénigrante dans laquelle elle se mettait volontiers ou la réalisation que cette soirée ne serait jamais comme celle qu'ils ont déjà eux. Elle avait ruinée leur amour, elle avait détruit le peu d'humanité en eux et aujourd'hui, elle se retrouvait à jouir sans pudeur dans le corridor d'un immeuble comme un animal. Elle n'avait aucune plaisir, pas celui qu'elle recherchait et avoir qu'elle laissait ses mains vagabonder sur un homme qu'elle désirait tant, elle surprenait ses pensées à lui trouver une raison de rester. Il ne l'a prendrait jamais en pitié, elle l'a trop piétiner pour que ça fonctionne. Elle savait que lorsqu'il en aurait assez de ses mains sur son corps qu'il partirait comme si elle était rien. Après tout, c'est ce qu'elle lui a fait avec un autre homme. Restes. Dans un souffle, Annabelle se permis d'être vulnérable. Un instant, dans un soupir si bas qu'elle priait ne pas avoir été entendu. Puis elle se retourna, les mains au murs pour qu'il la prenne pas derrière pour essayer de cacher la honte dans ses yeux et la peine qui l'habitait. Elle était là cause de ses souffrances et aussi longtemps qu'elle repoussait cette prise de conscience aussi longtemps resterait-t-elle misérable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Dim 5 Nov - 15:37

Ce qu'il veut. putain si seulement il le savait. Le soucis majeur quand il s'agit d'Annabelle, c'est qu'il n'a jamais eu la moindre idée de ce qu'il foutait. Il se savait amoureux, il en avait même oublié sa réticence à la monogamie. Ouais, parce qu'elle lui suffisait, dans sa splendeur et sa connerie. Instable, c'était une foutue magicienne, elle arrivait à lui donner un peu de vie, à insuffler chez lui l'envie de continuer. Sauf qu'elle a tout repris, comme s'il était rien, comme s'il n'avait jamais rien été. Elle a bousillé tout ce qu'ils ont pu construire ensemble -pas que du positif certes- mais tout de même.  J'veux que t'me prennes. J'ai besoin que t'ne prennes. Il sait pas. Il sait pas si elle le dit juste parce qu'à cet instant, c'est ce que lui veux entendre ou si elle est sincère dans ses propos mais il s'en balance. Il la veut. Trop pour essayer de déceler le vrai du faux. Puis si elle se rabaisse à prononcer ces mots, c'est qu'il y a un peu de vérité, sinon, elle aurait jeté Alix pour appelé un de ces types de son carnet d'adresse qui se langui d'elle. parce qu'elle est forte pour ça Annabelle. Pour rendre les hommes un peu fou, les avoir sous sa coupe. Mais là, y'a un truc de cassé dans sa voix, une fêlure qu'elle masque mais lui la connait trop bien, assez pour savoir, pour remarquer. Et l'espace d'une seconde, juste une, il se prendrait presque au jeu malsain qu'elle impose. Putain. Putain. Putain. Il peut pas la laisser faire ça. Hors de question. Il recule. Restes. qu'elle murmure dans un souffle, si bas qu'il a failli ne pas l'entendre et pourtant, c'est bien entré dans son cerveau. Ça vrille chez lui. Il a d'autant plus envie d'elle. Et elle se retourne, face à lui. Vulnérable presque quand on connait le personnage. Il a envie de gerber. Merde. Il peut pas replonger. Elle a pas le droit de lui faire ça. Il en crèverait si ça devait arriver à nouveau. Alors il remonte sa braguette. j'me casse. j'vais aller me vider les couilles ailleurs. genre dans sa salle de bain, comme un gros con, tout seul. Il dit pas, il joue les durs à cuire, comme à chaque fois, il feint si bien. Enfin, c'est si on ne s'attarde pas sur les détails, parce que ces yeux brillent à cet abruti, détresse inouïe, puis y'a son cœur qui bat à tout rompre dans sa poitrine et ses mains qui tremblent. Alors si elle regarde, elle remarquera bien qu'un truc cloche et qu'il a mal. Pas sur qu'elle le fasse ceci dit...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna) Mar 7 Nov - 0:44

Les humains sont égoïstes et idiots. Quand ils souffent, ils oublient si facilement que le monde autour d'eux souffre aussi, parfois même plus. C'est facile de s'apitoyer sur son sort comme ils le font si bien quand on oublie que certaines personnes ne savent pas quand allait être le prochain repas. Annabelle est la première à crier au loup. Elle  ne voit pas à quel point son rôle est malsain ici. À quel point elle joue dans la tête d'Alix. À quel point il serait mieux sans elle. À quel point elle serait mieux sans lui. Elle se nourrit de la chaleur du touché des hommes qui la remarque. Comme un vampire, elle a besoin de la chaleur du corps humain pour continuer de vivre. Aucun corps  ne lui faisait l'effet d'Alix. Aucun corps ne la réveillait comme il y arrivait. Aucun regard ne la faisait fondre comme ses yeux qui lui rappellent l'océan. Si calme et violent à la fois. Ce moment, elle l'avait détruit par sa vulnérabilité. Comme si elle voulait qu'il parte. Elle le connait assez pour savoir que ce qu'elle avait dit le ferait fuir. Anna ne sait pas plus ce qu'elle a besoin. Chaque millimètre de sa peau brule pour lui, son coeur à la nausée à l'imaginer avec une autre femme alors qu'il la repousse et ses mots son pire que la pisse sur son tapis. Elle aimerait être la seule pour lui, elle aimerait retourner dans le temps, dans les moments où leur couple allait du bien qu'il pouvait et que ses mains ne touchait que son corps. Dans des moments où ils n'étaient plus qu'un. Ils ont été un si longtemps qu'à les regarder aller, ils le sont peut-être toujours et cette distance les tue doucement. Comme si survivre à son départ était aussi dur que la rupture, Anna n'essaya pas de le retenir. Elle aurait pu l'amadouer avec ses paroles. Elle aurait pu le gagner avec ses lèvres sur son corps. Elle aurait pu le manipuler jusqu'à ce que le soleil se lève à nouveau. Elle avait aperçut brièvement la détresse dans ses yeux. C'était trop difficile à regarder. Son regard s'arrêta sur ses mains tremblante. Elle réalisait pour l'espace d'une seconde qu'il souffrait peut-être plus qu'il le démontrait. Pour un instant, elle n'était pas un humain égoïste, mais restait idiote. Le dos sur le mur, elle laissa son corps maintenant froid glisser jusqu'au sol. Alors qu'il marchait jusqu'à la sortie. Ses pas résonnait dans sa mémoire. L'odeur de l'urine ne la dérangeait pas, comme si elle avait quitter son corps un instant, son regard s'était assombrit. Pour un moment qui paru un éternité, elle resta assit au sol, les sous-vêtements au genoux à regretter sa vulnérabilité. À regretter de s'être ouverte un seule instant. Anna aurait voulu mourir, si la vie l'habitait, mais ça faisait longtemps qu'elle avait accepté cette vie pathétique. Quand le soleil perça la fenêtre au fond du corridor, elle revint doucement à elle-même et entra dans son appartement avant qu'un voisin ne la trouve ainsi. Encore entrain de dramatisé son existence, encore entrain de jouer la victime alors qu'elle s'est mise dans cette situation et recommencerait toute suite si Alix faisait demi tour.


FIN DU SUJET
Revenir en haut Aller en bas
- Contenu sponsorisé -
MessageSujet: Re: wish i never met you (anna)

Revenir en haut Aller en bas
wish i never met you (anna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: release your problems :: lonely boy :: rps-
Sauter vers: