.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

good feeling (anaïs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: good feeling (anaïs) Lun 9 Oct - 22:36


- good feeling -


la fumée de ta cigarette file au-dessus de ta tête. elle se dissipe à mesure qu’elle s’échappe plus haut. ton regard est perdu sur cette toile immaculée d’étoiles. petites lumières qui attirent ton attention mais ne t’aide pas à y voir plus clair. nombreuses interrogations dans ta tête. ce ne sont pas ces veilleuses naturelles qui t’aideront à trouver des réponses. tu as sérieusement besoin de comprendre ce qu’il se passe. tu penses beaucoup trop à anaïs, ta nouvelle obsession. à cette nuit qui a transformé ta façon de voir la jeune femme. ce n’est plus une simple jolie fille. tu as besoin de mettre des mots sur ce qu’elle provoque chez toi. tu as besoin de savoir si elle-même est perturbée par cette nuit. par ces regards nouveaux, cette douceur inhabituelle mais terriblement appréciable. tu as envie de savoir ce qu’elle ressens. si tu n’es pas le seul à ressentir ton coeur battre comme l’autre soir. battements fous, incontrôlables.

tu es là, plongé dans la presque pénombre. la petite pendule suspendue au-dessus de ta platine indique vingt-trois heures et quart. anaïs doit travailler à cette heure-ci. tu es indécis et à la fois sûr de toi. tu as envie de courir jusqu’à ce bar pour voir si tu as la croises. si ce n’est pas le cas, tu iras chez elle. sonner à sa porte. ta venue sera une surprise, qu’importe la solution que tu choisisses. tu ne peux plus laisser les jours filer sans aller vers elle. vous avez besoin de discuter. tu as besoin d’être honnête, bien que tu te sens maladroit d’avance. t’es pas doué quand il s’agit de parler de ce que tu ressens au plus profond de toi. t’es pas fichu d’avouer quand ça va mal. alors parler de cette impression de renaissance et de bonheur quand tu penses à elle, te semble un peu surréaliste. en seras-tu capable ? tu perdras peut être tes moyens une fois que tu seras devant elle.

alors, pour ne pas perdre ton courage, tu y vas avec élan. tu rentres d’abord pour enfiler un pull et ta fidèle veste en cuir puis tu refermes la porte derrière toi. tu es déterminé ce soir. tu ne reviendras pas ici avant que tu n’es parlé avec anaïs. tu grimpes dans ton pick-up, fais gronder le moteur et prends la route. direction le centre-ville.
tu arrives à trouver une place pas très loin de ta destination. c’est presque un miracle à cette heure. il te suffit juste de marcher un peu pour arriver devant la soulaçaise. ça fait une éternité que tu n’es pas venu ici. depuis ta rupture avec nayla en fait. mais t’es pas là pour elle. tu pensais qu’elle te manquait, mais finalement ce n’est pas le cas. aujourd’hui, tu le vois sous un autre angle. tu restes d’abord quelques instants sur le trottoir où les fêtards du soir discutent avec leurs verres à la main. mais surtout une clope au bec. le stress te fais piocher dans ton paquet. juste une dernière et puis tu y vas. tu ne t’enfuiras pas de toute façon. dix minutes plus tard, c’est la porte du bar que tu pousses. la chaleur vient vite soulager tes mains un peu refroidies. et tes yeux cherchent anaïs. tu la repère vite. sa chevelure blonde y étant pour beaucoup en plus de son sourire. tu te pinces la lèvre inférieure et te frayes un chemin jusqu’au comptoir. il y a un monde fou. tu espères ne pas la déranger, même si tu serais prêt à la kidnapper pour t’enfuir avec elle. loin d’ici. rien que tous les deux. tu arrives au bar et attends sagement qu’elle termine avec un client pour attirer son attention.
salut, tu souffles. ta voix presque recouverte par le tumulte des conversations. tu lui souris largement, sachant pertinemment qu’elle était loin d’imaginer que tu viendrais là. toi, qui lui disait toujours que t’aimais pas cet endroit.
ton coeur à nouveau bat à tout rompre dans ta poitrine. dès l’instant où tu l’as aperçu. tu passes une main dans ta nuque avant de laisser retomber ton bras sur le comptoir.
tu…tu termines tard ce soir ?
tu peux pas arrêter de sourire. voilà qu’elle t’ensorcelle à nouveau.
j’pensais, si t’es pas fatiguée après bien sûr, qu’on aille faire un tour toi et moi.
ça sonné mieux dans ta tête tout à l’heure. quand tu retournerais cette question un milliard de fois pour être sûr de la formule à employer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Mar 10 Oct - 21:41

tu débarques au boulot de bonne heure. pour une fois depuis des nuits, t'as bien dormi. t'as réussi à fermer l'oeil et à faire abstraction à tout ton questionnement. sans doute parce qu'à enchaîner les nuits blanche, à te tourner et retourner dans ton lit, t'as fini par être épuisée. par conséquent ce matin, t'as même pas entendu ton réveil. t'avais prévu de retrouver une amie pour prendre le petit déjeuner et à contre coeur, tu lui as posé un lapin. par chance, t'as tout de même réussi à la joindre un peu plus tard dans la matinée et elle t'a excusé malgré son agacement. elle a précisé avoir rencontré un beau mec qui lui a tenu compagnie. elle a même ajouté que tu aurais été de trop et qu'à tes côtés, elle n'aurait pas réussi à obtenir son numéro. toujours dans l'abus, je vous jure ! en tout cas, t'as pu profiter de ton lit et de ta douche par la suite. rien de telle pour bien se réveiller. pas de jogging matinal pour ce matin. t'as pris le temps de te faire un bon petit-déj complet tout en matant les dessins-animés. dans ta combinaison de chat, tes lunettes de vue sur le bout du nez, ton chignon déstructuré sur la tête et tes céréales en bouche, t'as tout de suite été moins crédible. c'était surtout tout sauf glamour. à cet instant, t'as remercié le ciel de vivre seule et de pouvoir être en droit et en mesure de faire ce que tu veux. tu t'es ensuite promener dans tout l'appartement en sous-vêtements, faisant les aller-retour entre ton dressing et le long miroir qui trône au beau milieu du salon. t'as mis un certain temps à te décider parce que même les soirs de semaine, tu sais qu'il y a du monde. tu voulais trouver la tenue parfaite. celle qui faisait à la fois classe, détendue et qui avant toute chose était pratique. finalement, t'as opté pour un skinny noir et un tee-shirt blanc autrement dit, rien de sexy, rien de classe, rien de recherché non plus. tu t'es dit que de toute façon, les clients ne feraient pas attention et quand bien même ça serait le cas, ils sont là pour consommer pas pour reluquer.

petites vans aux pieds, t'as roulé jusqu'à la soulaçaise au beau milieu de l'après-midi. étant donné que tu étais en avance, tu as commencé par vérifier les stocks. tu t'es remerciée silencieusement d'avoir passé commande la semaine dernière car le week-end a été plus que fructueux. ensuite, tu t'es mise à la recherche de thomas. sin n'était pas présent, t'as chopé le jeune homme lui fait goûter en avant première ton nouveau projet. pour le coup, t'étais plutôt fière. tu lui as demandé de garder son avis pour lui bien que tu sois tout de même curieuse de savoir ce qu'il en pense. t'as précisé que tu voulais le faire déguster ce soir et qu'en fonction des avis recueillis, il pourrait donner le sien. petit défi personnel pour savoir s'il te faisait assez confiance et surtout, pour tester les papilles de tes chers clients. tu ne voulais pas qu'elle apparaisse sur la carte comme un coup de baguette magique.

les clients ont fini par arriver. la soirée bat finalement de son plein gré. t'as troqué ta place dans la réserve pour celle derrière le comptoir. parfois, tu remplaces les fûts de bières et quelques fois, tu te retrouves même à faire le service tout en blablatant à droite à gauche. non, c'est pas vrai ? elle a pas pu faire ça ! tu rigoles un peu trop fort, appuyée sur le comptoir. c'est sans doute l'un des aspects que tu apprécies le plus dans ton job. non seulement y a le côté relationnel qui te plaît tout particulièrement mais en plus de ça, t'as des boss hyper ouverts d'esprit qui te permettent de gérer ton job comme bon te le semble. c'est pour ça que ce bar est aussi réputé. c'est pour ça qu'il est toujours blindé. l'ambiance est familiale, les visages connus et reconnus. tu secoues la tête en grimaçant légèrement. tu crois pas un mot de ce qu'il te dit. sans doute qu'il est un peu trop bourré. goûtes-moi ça au lieu de raconter des conneries ! de nouveau tu te mets à rire en lui glissant une nouvelle bière sous les yeux.
c'est alors que tu aperçois alan un peu plus loin. le sourire qui arbore ton doux visage ne te quitte pas mais, t'en restes pas moins étonnée de le voir ici. tu te fraies un passage parmi tes collègues pour le rejoindre. tu poses les avant-bras sur le comptoir et te penches en avant pour pouvoir discuter et surtout percevoir ce qu'il raconte malgré le brouhaha qui résonne. salut, je m'attendais pas à te voir ici ! parce qu'alan, il franchit jamais le pas de la porte. tu sais pas vraiment ce qu'il lui reproche à ce bar. tu t'es jamais trop posée la question. tu te dis simplement que ça te regarde pas, c'est tout. mais le fait qu'il soit là, devant toi, ça t'intrigue autant que ça te rend heureuse. qu'est-ce qui me vaut ce plaisir et qu'est-ce que je peux te servir ? tu tentes de rester pro malgré tout mais, le verdict tombe. il te demande si tu finis tard. tu le questionnes du regard, t'as envie d'en savoir plus. tu veux savoir ce qu'il a derrière la tête avant que tu ne donnes ta réponse. il te propose d'aller faire un tour, sourire aux lèvres beaucoup trop contagieux à ton goût. tu tentes de masquer ta joie parce qu'il ne faut pas être trop dans l'excès non plus. tu te dresses sur la pointe des pieds pour regarder l'heure sur l'horloge perché au dessus de l'entrée. je peux me libérer d'ici dix minutes si tu veux bien me faire l'honneur de patienter un tout petit peu... ?! t'as presque envie de croiser les doigts. y a rien qui l'oblige à rester après tout. peut-être qu'il faisait juste un tour par là, qu'il t'a aperçu par la fenêtre et qu'il s'est dit que c'était un bon moyen de passer le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Mer 11 Oct - 22:12



même si tu faisais tous les efforts pour ne pas penser à anaïs, se serait un échec. tu ne peux pas te l’enlever de la tête. toutes tes pensées sont tournées vers elle. c’est une raison supplémentaire qui te pousse à aller à l’encontre de tes peurs. les oublier pour seulement suivre ton instinct. tu as envie de la voir ce soir, tu as besoin de discuter, mettre des mots sur ces nouvelles sensations..tu espères avoir les réponses à tes questions ce soir. c’est étonnement déterminé que tu as quitté ta caravane pour rejoindre le nord de bordeaux. plus précisément la soulacaise - autrement dit - le bar où tu n’as plus mis les pieds depuis ta rupture avec ton ex. ça aussi c’est un signe que tu oublies le passé pour te consacrer exclusivement au présent. laisser une chance à l’avenir et ses surprises.

mais c’est non sans appréhension que tu passes la porte de ce bar. t’es là, à sentir ton coeur battre à cent à l’heure dans ta poitrine. il palpite si fort que tu pourrais avoir un infarctus. l’émotion est trop intense pour y résister. résister contre cette envie de sourire car tu es heureux de la voir. anaïs, dernière ce comptoir, occupée à parler aux clients tout en les servant. tu n’arrives pas à défaire ton regard de sa direction. quant bien même tes efforts à le faire, tu en serais incapable. elle est là, sa bonne humeur émanant de son petit corps ravissant. elle doit en faire chavirer des coeurs, mais tu te surprends à penser que ça serait bien que les autres hommes ne la regardent pas trop. du moins quand t’es pas là, tu t’en rendrais pas compte. tu le saurais mais ça sera plus supportable. là, tu t’étonnes à froncer légèrement les sourcils quand tu vois un groupe de mecs discuter après le passage de ana devant leur table. leurs sourires cachés derrière ces pintes de bière.
ça ne sert à rien de s’énerver. tu n’as pas envie de faire un scandale, ni même de paraître pour l’ami craignos voire étrange car ce serait pas un comportement normal…

seulement, quand tu croises enfin le regard de anaïs ta légère tension disparaît. c’est un large sourire que tu lui adresses, bien décidé à ce que rien ne gâche ton désir de discuter. vous en avez besoin.
forcément, anaïs est surprise de te voir là. tu ris doucement, laissant ton regard balayer rapidement autour de vous.
oaui, j’imagine.
penchée, ses coudes contre le comptoir, tu l’imites pour rompre un peu plus la distance qui vous sépare. pour mieux l’entendre aussi car la musique est relativement forte et les discussions alentours n’aident pas non plus à la compréhension. comme une bonne employée, elle te demande ce que tu veux boire, en même temps qu’elle essaie de savoir ce que tu fais ici.
je voulais te voir.
tu avoues avec sincérité. tu vas droit au but, tu n’as pas envie de tourner autour du pot ce soir. même si tu sais qu’à l’arrivée, quand le sujet sérieux sera abordé, tu seras moins à l’aise. moins serein. plus stressé que jamais.
voilà que anaïs te réconforte dans l’idée que le moment où vous serez seul, en tête à tête est plus proche que tu ne l’avais imaginé.
sans soucis. tu as qu’à me servir une pression. je la boirai en attendant.
tu te pinces la lèvre inférieure, sans la quitter des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Mer 11 Oct - 22:43

tu ne pensais pas voir alan ce soir. en fait, tu ne t'attendais surtout pas à ce qu'il rentre ici, dans ce bar qu'il déteste tant. au pire, s'il avait voulu te voir alors, il t'aurait sans doute donné rendez-vous à l'extérieur. du coup forcément, tu te poses des questions. tu te demandes pourquoi il a fait autant de chemin. il s'appuie à son tour sur le comptoir, réduisant la distance qui vous sépare. tu sens les battements de ton coeur s'accéléraient et surtout, ses lèvres se rapprocher. tu te surprends à vouloir lui voler un baiser au passage or, tu te résignes. vous n'êtes pas seuls. y a beaucoup de clients, tu es en service et surtout et avant tout, vous êtes en public. on fait pas ce genre de choses en public. ton sourire ne quitte pas ton visage. t'as toujours été une fille très démonstrative et expressive. quand ça ne va pas, on peut tout de suite le lire sur ton visage mais, c'est souvent la joie, le bonheur et la gaieté qui rayonnent chez toi. on dit que c'est communicatif. pour le moment, c'est surtout alan qui te rend comme ça. ah ouais...? j'en suis toute honorée ! et c'est peu de le dire. tu ignores pourquoi il ne met jamais les pieds dans ce bar or, c'est bel et bien la première fois qu'il le fait... la première fois qu'il le fait pour toi du moins. du coup forcément, quand il te demande si t'es dispo pour aller faire un tour, t'as encore plus envie de lui répondre que oui. ta réponse ne se fait pas prier d'ailleurs. assez rapidement, tu lui demandes dix minutes seulement. juste de quoi avoir un compte rond. il dit vouloir attendre avec une bière et tu acquiesces avant de faire glisser un verre entre ses mains, effleurant ses doigts au passage. et voilà pour vous monsieur ! tu me diras ce que t'en penses !
toujours perchée à moitié au dessus du comptoir, tu te rends même pas compte des préférences que tu fais mais évidemment, y en a toujours qui sont présents pour te le rappeler. ana, arrêtes de flirter avec les clients, ma pinte va pas se remplir toute seule. tu roules des yeux avant de reporter ton attention sur alan. t'as juste envie de pouffer de rire mais tu te retiens. après quelques secondes d'hésitation, tu lui adresses un clin d'oeil et tu te redresses une nouvelle fois en soupirant. ça va mike, sois pas jaloux ! la même je présume ? il te lance sa pinte vide et tu la remplis plus vite que la musique avant de la lui refiler. non, c'est vrai, t'as pas nier le fait que tu flirtais avec un client. tu ne vois pas les choses de cette manière mais, c'est vrai que t'as pris plus de temps et que t'as accordé plus d'attention à alan. pour toi, c'est tout à fait normal et surtout anodin. c'est la dernière que j'te sers ce soir, faudra s'adresser au chef maintenant. tu chantonnes, heureuse d'avoir terminé ton service de bonne heure pour une fois. tu vois l'habitué ronchonné dans son coin, ça te fait sourire de plus bel. ouais, c'est toujours plus facile de s'adresser à la petite blonde plutôt qu'au boss. cela n'empêche qu'ils ont de la chance d'avoir une équipe pareille à leur service.
tu disparais en moins de deux sans prendre le temps d'informer alan. tu fais un détour par la réserve pour récupérer ta planche de skate et tu te glisses de l'autre côté du comptoir. évidemment, tu te retrouves à saluer quelques clients mais très vite, t'arrives à te faufiler aux côtés d'alan. on te pousse légèrement en avant et tu te rattrapes maladroitement à son bras pour ne pas lui foncer complètement dedans. t'en perds pas ton sourire pour autant, au contraire. ils te facilitent la tâche ces idiots. alors ? t'en penses quoi ? tu parles de la bière évidemment. t'as carrément hâte que le verdict tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Jeu 12 Oct - 23:08



on dira que t’es la surprise du soir. tu auras bien l’occasion de lui expliquer un jour pourquoi tu n’aimes pas venir ici. t’espères juste que l’idée ne traversera pas l’esprit de anaïs ce soir. ça risquerait de briser tes espoirs à établir une vérité sur ce que tu ressens pour elle. ce qu’elle peut éventuellement ressentir pour toi aussi. tu serais prêt à lui dire toute la vérité mais pas maintenant, pas aujourd’hui. l’honnêteté est primordial dans une relation, n’est-ce pas ? pour l’instant, ton attention est portée sur la belle. sur son sourire ravissant et communicatif. anaïs semble aussi heureuse que toi. c’est vrai que tu n’échangerais ta place pour rien au monde. ta soirée n’aurait pas pu être meilleure en son absence. tu avais beau ressentir un plaisir à penser à elle, ce n’est rien comparait à la joie qui brûle en toi présentement.
ça opère sur anaïs. ça se lit dans ses yeux que tu as eu la meilleure idée du siècle. c’est parfait jusqu’à maintenant. tu comptes bien continuer dans cette direction. ça ne peut pas être autrement !
tu l’invites à te suivre après son service. elle accepte. tu commandes une bière pour patienter. dix minutes ce n’est rien, tu survivras à l’attente. en faisant glisser le verre jusqu’à toi, tu la sens faire :
ce simple frôlement de doigt a éveillé ton imagination. si tu pouvais, tu agripperais sa main pour pouvoir la retenir. ne serait une seconde pour prendre le temps de lui voler un baiser par dessus le comptoir. si la situation avait été approprié, tu aurais glissé ta main derrière sa nuque pour retenir son visage près du tien. pour sentir sa souffle, ta respiration venant à sa rencontre…cependant elle bosse. tu ne veux pas lui attirer d’ennuis. si l’idée de l’embrasser est plaisante, tu te promets de rester patient. alors tu restes sage, à défaut d’avoir ce que tu veux. tu la remercies pour son service et dépose de la monnaie à côté de ton verre plein. et de quoi lui faire un pour boire comme tu le fais toujours auprès d’un serveur tel qu’il soit.
tu bois une gorgée de ta pression. une bonne consolation quand tu remarques combien elle est délicieuse. mousse qui te chatouille la moustache. tes papilles sont autant ravies que tes yeux. tu ne lâches pas anaïs du regard. au risque de la déconcentrer dans son travail. mais tu ne peux pas faire autrement. tous ses gestes, le son de sa voix attire ton attention.
tu as adressé un long regard au prénommé mike quand celui-ci lui a lancé une remarque. un peu trop râleuse à ton goût. tu veux toujours pas faire de scandale. tu as pris sur toi même s’il semble avoir compris qu’il avait interêt à se tenir à carreaux ! tes mâchoires qui se serrent un peu plus quand tu crois entendre une injure de sa bouche. recouverte par le volume de la musique. anaïs n’a rien entendu. tant mieux. (…)
les minutes passent et le contenu de ton verre descend. l’heure tourne. bientôt anaïs pourra partir. c’est quand tu remues la dernière gorgée qui traîne dans ta pinte que tu regardes l’absence de la belle. tu jettes un coup d’oeil à ta montre. elle a du aller récupérer ses affaires. c’est seulement quand elle se fraye un chemin parmi cette vague d’hommes pour te retrouver que tu reposes à nouveau ton regard sur elle. avec un sourire satisfait et content qu’elle puisse tomber sur toi. sa main sur ton bras te vaut un frisson. bien que ce ne soit pas directement sur ta beau mais sur le cuir de ta veste noire. ce que tu en penses ?
elle est très bonne.
bière ambrée mais avec un subtil parfum qui arrive juste à la fin.
j’arrive pas à déterminer le goût qui arrive en fin d’bouche.
tu avoues en te levant du haut tabouret. tu termines ton verre et le reposes avant de suivre la belle à l’extérieur. une main dans son dos, avant de venir frôler son bras une fois dehors. le vent qui vient chatouiller les joues. qui fait virevolter les cheveux d’ana.
j’suis venu en voiture.
elle ne mourra pas de froid à cause du mistral levant. et puis tu espères bien qu’elle se réchauffe dans tes bras aussi.
tu veux aller où ?
autrement, vous faites quoi. faudrait se trouver un endroit plus tranquille. propice à la discussion aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Dim 15 Oct - 21:58

une agréable surprise à laquelle tu ne t'attendais pas. directement, ton visage s'illumine et ta soirée n'est que plus belle. faut dire que jusqu'à maintenant, elle n'a rien de déplaisant. y a de l'activité mais pas trop, les clients sont corrects et l'équipe au taquet. évidemment, tu te demandes ce qu'il fait ici sachant pertinemment qu'il a toujours refusé d'y mettre les pieds. tu ne t'es jamais risquée à lui demander pourquoi. après tout, vous aviez une relation assez particulière lorsque tu y penses. vous ne savez pas énormément de choses l'un de l'autre. tu ne te sentais pas en position de lui demander des explications à ce sujet. quand il avoue qu'il est venu jusqu'ici pour te voir, tu ne peux t'empêcher de sourire davantage. t'as le coeur qui se serre un peu plus à l'idée qu'il ait fait cela pour toi. tu te dis que finalement, la dernière nuit que vous avez passé ensemble était peut-être spéciale pour lui aussi. tu te dis que, peut-être, alan a pu ressentir ce que toi tu as ressenti. certes, rien n'était comme d'ordinaire or, est-ce que c'était simplement pour un soir ou à partir de ce jour ? est-ce que c'était intentionnel ou pas du tout ? ça y est, il suffit qu'il débarque, que tu aperçois son visage pour que mille et une question resurgissent. t'aimerais tellement les lui poser mais pour le moment, t'as pas le courage. t'as pas envie de passer pour une folle. t'as pas envie de tout gâcher. t'as pas envie de le perdre tout simplement. c'est dingue ce qu'on peut tenir à certaines personnes.
du coup, tu repars travailler. tu tentes de faire abstraction à sa présence. davantage aux remarques que tes clients peuvent te faire. évidemment, un léger rictus se dessine sur tes lèvres. ouais, ils sont pas cons. ça doit se voir que t'es à la fois bien à ses côtés mais qu'il t'intimide légèrement. c'est perturbant et tu ne sais que faire si ce n'est t’éclipser pour le rejoindre de l'autre côté du comptoir. tu lui tombes à moitié dessus. signe du destin que tu diras. tu t'excuses d'une légère grimace avant de lui demander ce qu'il pense de la bière que tu lui as servi. bonne note pour cette dernière mais quelques interrogations malgré tout. il se lève et tu te décales légèrement pour lui laisser la place tout en haussant les épaules. ingrédient secret, je suis contente que ça te plaise. ouais parce que c'est ta dernière création en date et que tu attends de savoir si celle-ci va garder sa place sur la carte. tu croises les doigts pour que ça soit le cas, ça fait un moment que t'as rien sorti et ça te manque un peu.
il te suit jusqu'à l'extérieur, main en bas de ton dos ce qui te fait frisonner. le contact de ses doigts contre ta peau et le doux vent qui vient s'installer une fois à la belle étoile te donnent la chair de poule mais, c'est une sensation plutôt agréable. ça fait du bien de s'entendre parler et de sentir l'air frais caresser tes cheveux. il précise être en voiture et c'est limite si tu lui sautes pas dans les bras. génial parce que, j'avais pas prévu de sortir donc, j'ai pas de veste... tu lèves les yeux au ciel parce que c'est tout à fait ton genre de sortir en tee-shirt par n'importe quel temps pour te les cailler par la suite. évidemment, tu le regrettes vite parce que l'air brassé et intensifié lorsque tu te retrouves sur ta planche te rend souvent malade.
il te demande quel est la suite du programme et tu fais semblant de réfléchir quelques secondes avant de déclarer : surprends-moi ! t'as pas d'idées, dans un endroit tranquille de préférence. tranquille et chaud parce qu'il commence à faire frais et que t'as que la peau sur les os.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Mar 17 Oct - 23:37



tu ne te voyais pas passer la soirée autrement qu’à ses côtés. le simple fait de l’apercevoir quand tu as passé la porte de la soulacaise a suffit à te remplir de joie. cette petite mélodie résonnant dans ta tête, son rythme entraînant les battements de ton coeur. eux même encore un peu calmes. ils ne tarderont pas à s’affoler quand vous, vous retrouverez dans la solitude d’un tête à tête. moment propice à la dite discussion que tu attends depuis des jours. tu as besoin de mettre des mots sur ce que tu ressens, sur ce qu’elle provoque en toi. bien que ce renouveau t’effraie quelque peu, que tu ne sais pas comment exprimer ce que tu veux lui dire. aveux indescriptibles mais pourtant si important. tu n’as pas envie de passer à côté. si tu foires ce soir, tu n’auras peut être plus l’occasion d’éclaircir votre situation. tu serais capable de t’enfuir si un échec à lieu. par manque de courage. tu seras pathétique c’est vrai. et cette décision sera la fin de tout. de tout espoir à te sentir exister au-delà de ton propre regard. ton existence à travers les yeux d’une femme amoureuse. c’est une bien belle raison pour se surpasser et donner le meilleur de soi. pour rendre fière l’autre, se sentir utile au bonheur d’autrui. tu as envie de te laisser envelopper dans la réconfortante affection qu’elle pourrait ressentir. c’est à elle que tu autorises de laisser descendre sur ta tête le ciel de son amour. tu as envie d’être un homme bien pour anaïs, d’être celui auprès de qui elle serait fier de se montrer, d’embrasser aux yeux du monde.
tu te sens vraiment tout étrange ce soir, probablement plus que l’autre fois dans la caravane. l’animation du bar au ralenti pour te focaliser seulement sur anaïs. anaïs qui disparaît de ton champ de vision une brève seconde. long instant. jusqu’à la revoir à tes côtés. presque à la sentir s’écrouler dans tes bras dans sa fidèle maladresse. elle est craquante et tu ne peux détacher ton regard du sien alors qu’elle te souffle qu’il y a un ingrédient secret. tu n’iras pas lui soutirer l’information si c’est le prix d’un succès. tu la trouves douée dans son domaine et tu sais par avance que ça ne doit pas être le seul point qui fait d’elle une personne exceptionnelle. on a tous des particularités qui rends unique.
une fois dehors, c’est la fraîcheur qui vous gagne. là, plantés sur ce trottoir, loin de cette cohue nocturne. au revoir les clients enjoués, bonjour la tendre nuit. en voyant ses bras nus, tu anticipes. prévoyant une virée en voiture pour lui épargner le froid. même si t’es prêt à lui glisser sur les épaules, ta chaude veste en cuir.
du coup, tu secoues la tête, amusé. avant de l’attirer avec toi jusqu’à l’autre bout de la route. ta main agrippant naturellement la sienne pour l’entraîner dans ta course. tu lui ouvres la portière et une fois installée, tu fais le tour pour prendre ta propre place. derrière le volant. claquement grinçant. tu frottes tes mains et viens allumer le chauffage de ton pick-up.
tu n’as vraiment aucune idée de destination. tu n’as rien prévu mais le choix de l’improvisation te semble le plus juste. alors, ton moteur gronde et tu t’engages sur la route après un dernier contrôle dans le rétroviseur.
tu as faim ?
tu demandes comme ça, aussi parce que tu réfléchis tout haut.
tu aurais pu lui demander comment ça allait depuis la dernière fois, mais tu te sens pas de diriger la discussion vers cette fameuse nuit alors que tu es encore au volant. tu aimerais pouvoir la regarder dans les yeux pour ne rien rater de ses éclats émotionnels. ne serait-ce pour remarquer derrière un de ses rictus, le fait d’être perturber par ta présence.
tu as beau demander si elle a un petit creux, tu roules jusqu’à bordeaux-lac. un endroit que tu aimes particulièrement d’ailleurs. un coin de nature verdoyant en somme. tu te gares sur le parking, sans réellement savoir si c’est une bonne idée car anaïs t’a bien fait comprendre qu’elle risque d’être frileuse. tu la regardes après avoir décroché ton trousseau de clefs du contact.
tu veux marcher ? j’sais…il fait meilleur là mais..j’ai ma veste. je te la prête.
elle ne risque pas de frissonner avec ce cuir. ou si c’est le cas, seulement par ta faute car tu provoquerais des choses en elle. et ça c’est plus acceptable. carrément mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Mer 18 Oct - 22:12

t'arrives assez rapidement à te débarrasser de ton travail pour te consacrer uniquement à alan. alors, tu te dis que t'as bien fait arriver en avance ce soir. tu te dis aussi que t'as des patrons super cool qui seraient vraiment prêts à tout pour te faire plaisir et instaurer ou plutôt garder cette bonne ambiance au sein de l'équipe. vous vous rendez tous service mutuellement et rien que pour ça, tu ne te vois pas travailler ailleurs. du moins, ce n'est pas ce que tu envisages avant un bon moment. peut-être à l'avenir. sans doute quand t'auras un situation un peu plus stable aussi. pour le moment, tu ne fais pas ta difficile. t'aimes ton job, t'as clairement besoin d'argent si tu veux garder le loft en état et t'as toutes les qualifications pour bosser en tant que brasseuse.
bref, tout ça pour dire que t'as réussi à te libérer pour pouvoir passer du temps avec alan. tu te demandes s'il a quelque chose de particulier derrière la tête. pour le moment, t'essaies de ne pas trop y penser car tu as toujours été de nature anxieuse. tu n'as pas envie de flipper ou encore pire, de te faire de faux espoirs en imaginant mainte et mainte choses. tu décides donc de le suivre jusqu'à sa voiture car il est vrai qu'avec ce temps à la fois doux et frais, tu te les cailles car tu n'avais pas prévu de traîner dehors. il attrape presque instinctivement ta main et une décharge électrique parcourt tout ton corps. c'était à la fois tellement naturel et surprenant. tu la serres un peu plus dans la tienne tout en le suivant de l'autre côté du trottoir. t'as pas le temps d'avoir froid, le pick up se trouve à quelques pas de la soulaciaise. il prend le temps de t'ouvrir la portière suite à quoi tu lui adresses une légère révérence exagérée tout en rigolant. tu montes à l'intérieur, boucles ta ceinture et rassembles quelques minutes des mains avant de poser tes petits doigts sur le chauffage. Ouais mine de rien, il ne fait plus très chaud à cette période de l'année.
ouais, je veux bien aller manger un truc. tu hausses les épaules. c'est une bonne idée après tout. de toute façon, t'as pas d'autres idées derrière la tête. sur le chemin, tu ne sais pas trop quoi dire. t'as pas envie d'aborder le sujet la première. tu te dis que si ça se trouve, ça n'arrivera jamais parce que vous n'êtes peut-être pas sur la même longueur d'ondes. par conséquent, tu restes silencieuse à observer le paysage défilé par la fenêtre. t'adores bordeaux, plus particulièrement la nuit. les lumières sont magnifiques.
finalement, vous vous retrouvez non plus de bordeaux-lac. il se gare et coupe le contact tandis que tu te tournes vers lui. est-ce qu'il y a de quoi manger par ici ? tu réfléchis tandis qu'il te propose d'aller marcher. tu fais semblant de réfléchir un instant, comme si tu hésitais sur la réponse à lui donner mais finalement, tu te mets à sourire en hochant positivement la tête. tu lui voles donc sa veste que tu enfiles en moins de deux. cette dernière est un peu trop grande, surtout au niveau des manches. alan est un peu -beaucoup- plus baraqué que toi alors forcément, tu flottes dedans. pourtant, après avoir remis tes cheveux en place, tu ne peux faire autrement que de déclarer : je trouve qu'elle me va vachement bien ! tu souris avant de descendre de la voiture pour retomber sur tes deux pieds. c'est parti, on peut y aller ! n'importe où tant que j'suis avec toi, c'est ce que tu penses tout bas et c'est d'ailleurs pour cette raison que tu secoues machinalement la tête. non, non, pas le temps de penser à tout ça.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Jeu 19 Oct - 22:13



d’une certaine manière, tu es chanceux ce soir. tu espères que ça ne se résume pas seulement au fait qu’anaïs puisse se libérer pour passer du temps en ta compagnie. tu aimerais que la chance soit aussi avec toi pour quand tu décideras de parler enfin de ce que tu as sur le coeur. ça te stresse cette histoire mais, comme on dit souvent, paraît qu’après on se sent mieux… alors pourquoi tu ne te lances pas de suite ? ce n’est pas le moment propice. pas maintenant, alors que t’es au volant de ta caisse, sans avoir d’autres choix que de te concentrer sur la route. en partant de chez, tu ne savais déjà pas comment aller se passer ces retrouvailles. ce que vous allez bien pouvoir faire. c’est comme si tu partais à l’inconnu mais cette perspective est aussi excitante ! l’improvisation.
mais il y a bien un moment où tu devras te lancer alan ! tu as bien compris que anaïs voulait se mettre quelque chose sous la dent. alors tu réfléchis. sans grand succès. tu réfléchis trop c’est ça ton problème. tu dois paraître comme un mec ennuyeux sur le coup. tu demandes vraiment ce que la belle peut penser de toi et de ton fidèle manque de paroles. la main sur le levier de vitesse, tu louches un instant sur ses petits doigts. elle semble peu à peu se réchauffer du froid. l’automne est là, avec lui les basses températures et le retour des journées où on souhaiterait bien passer des heures sous la couette. ou ne serait-ce qu’un chocolat chaud devant la télé. un moment cosy, doux. qui rappelle à chacun que ça fait du bien d’avoir froid parfois. ça laisse aux femmes tous les prétextes pour se lover contre leur cher et tendre. de leur piquer une veste chaude trois fois plus grandes ou de venir réchauffer leurs pieds congelés contre nos mollets chauds. ô pétard !
finalement, tu te gares près de bordeaux-lac. tu imagines que vous trouverez bien un endroit pour vous restaurez dans les environs. tu espères. et puis, rien de telle qu’une promenade pour laisser à ta main tombante la joie de venir frôler la sienne. rapprochements tout en subtilité. pour te donner le courage d’aller plus loin encore. alors forcément, pour te pardonner de ce retour au froid, tu lui laisses ta veste. tu la regardes avec ce sourire heureux de la voir enfiler ton cuir. elle la porte bien. probablement mieux que toi d’ailleurs. alors tu ris à sa remarque. tu es de son avis.
tu la portes mieux que moi, c’est certain.
petit ton taquin derrière tes mots. car tu peux pas faire semblant.
tu sors de la voiture, refermes les portières et attends qu’elle contourne le capot pour marcher à ses côtés. (…) pas menant jusqu’aux bordures bétonnées. réverbères au-dessus de vos têtes qui dessinent vos silhouettes. allongées comme des êtres trop grands. ça t’amuses d’ailleurs. tu dévies un peu ta marche pour cogner ton épaule contre la sienne.
regardes. tu es grande !
c’est niais. terriblement. mais c’est la nervosité qui te rend idiot.
c’est aussi à ce moment là que tu aperçois un camion food-truck. pas très loin. la chance te sourit encore. vous y allez et ça vous prend quelques minutes pour commander. quelques une encore pour pouvoir repartir avec votre dîner un peu tardif. en longeant la promenade, tu viens finalement t’adosser contre les rambardes. tu piques une frite dans ta barquette et la manges après l’avoir trempé généreusement dans le ketchup. tu poses ton regard sur anaïs et te fais griller dans la seconde. tu te contentes de sourire, sans arriver à contenir les battements de ton coeur.
tu…quoi de neuf depuis la dernière fois ?
tu sais pas comment aborder le sujet. mais la façon que tu as de regarder anaïs suffit à savoir que t’arrêtes pas d’y penser.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Ven 20 Oct - 18:08

t'es vraiment contente de pouvoir passer cette soirée avec alan. s'il n'avait pas croisé ton chemin ce soir ou plutôt, s'il n'était pas venu te chercher à la soulaçiaise, t'aurais sans doute passé le reste de la soirée chez toi, dans le fond de ton lit plus précisément. peut-être devant la télé, peut-être dans les bras de morphée. et puis comme ça, peut-être que tu arriveras à aborder le sujet qui te trotte dans la tête depuis plusieurs jours. après tout, t'aimerais bien savoir ce qu'il pense de votre dernière rencontre. t'as pas envie passer pour une barge en t'imaginant des trucs qui n'ont pas lieu d'être. c'est sans doute ce que tu fais depuis des jours et c'est bien pour cette raison que t'en as parlé qu'à ryan, sans entrer dans les détails. tu n'avais pas envie que ton meilleur ami s'en mêle ou qu'il te fasse la morale parce que c'est pas cool de coucher avec ses potes blablabla. après tout, t'es toujours en train de lui remonter les bretelles lorsqu'il s'approche un peu trop près de tes copines alors, tu ne peux pas lui en vouloir de faire la même chose de son côté.
bref, le chemin se déroule dans le calme. tu ne sais pas si ce silence est bon signe ou non. tu commences à t'imaginer un tas de trucs. peut-être qu'il te fait venir ici pour te faire prendre conscience des choses. il ne se passera jamais rien entre vous deux. il ne recherche rien de sérieux. il veut tout arrêter ou au contraire, continuer sur la lancée sans pour autant modifier ne serait-ce qu'une bride de leur relation. arrivés sur le parking, ton coeur s'emballe et tu te reconnectes au monde qui vous entoure à l'instant même où il te propose sa veste. tu lui empruntes donc volontiers. t'as pas envie de choper un rhume ou pire encore. tu fais une remarque sur le fait qu'elle te va mieux à toi, tout sourire. t'as envie de te changer les idées, de continuer sur quelque chose de positif. fais gaffe, je risque de te la voler après. tu lui fais un clin d'oeil avant de sortir de la voiture pour le rejoindre de l'autre côté.
vous marchez en direction de je ne sais où. tu fous les mains dans les poches en regardant tes pieds. il s'approche de toi, cogne ton épaule pour faire une réflexion. t'es grande. tu roules des yeux en souriant bêtement. c'est vraiment pas drôle de se foutre de la gueule des p'tits. tu sais, tout ce qui est petit est mignon du moins, c'est ce qu'on dit. tu hausses les épaules. tu tentes de te défendre. comme d'hab. la petite, la naine, t'en prends toujours pour ton grade de toute façon. bref, y a la bouffe pas loin alors, t'accélères un peu le pas parce que l'odeur qui s'en dégage te donne l'eau à la bouche. tu fais la grosse bouffe. tu commandes un hamburger avec des frites. à une heure pareille, vous êtes vite servis.
il se pose un peu plus loin, contre les rambardes. tu te mets en face de lui tout en croquant dans ton burger. bordel, ce que c'est bon ces merdes ! tu l'aperçois en train de te fixer alors, après avoir terminé ce que tu as en bouche, tu fronces légèrement les sourcils. quoi ? j'ai de la sauce sur le visage ou...? évidemment, ça te fait rire. mine de rien, ça ne t'étonnerait pas. au loin de ça, il sourit et te demande des nouvelles. pour le coup, tu ne sais que dire. tu restes silencieuse un instant, à chercher tes mots. pas grand chose à vrai dire. et toi ? putain, c'est nul comme réponse. tu te bouffes légèrement l'intérieur de la joue. ouais, t'aurais pu faire carrément mieux ana !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Ven 20 Oct - 21:53



à quoi aurait ressembler ta soirée si tu n’étais pas allé rejoindre anaïs ? tu te serais probablement ennuyé, tantôt à te battre contre la vieille télé et à gratter de la guitare pour combler le silence dans la caravane. tu aurais longuement chercher le sommeil et tu aurais probablement aussi eu une belle et longue insomnie. ce surplus de pensées n’est vraiment pas agréable. sauf quand elles se dirigent vers anaïs. ça t’a conduit à filer vers son lieu de travail pour la retrouver, lui proposer une soirée en ta compagnie. tu as attendu le moment où elle pouvait partir avec une réelle impatience. même s’il était seulement question de quelques minutes, histoire de boire une pression. tu savoures ce moment, maintenant que vous êtes en tête à tête. d’abord dans ta caisse, en quête d’un repas.
la belle ana relève ta taquinerie sur sa taille. tu ris doucement, venant glisser ta main derrière ta nuque.
tu es un très bel exemple.
tu dis ça doucement, en essayant d’attirer son regard pour te plonger dedans. tu es plein de sous entendus. tes compliments ne sont pas là pour rien. même si d’ordinaire, tu lui en faisais avant le soir où tout à changer dans ta tête. vous approchez d’un food truck. tu pensais que ça allait être compliqué mais finalement pas tant que ça. vous vous embarquez mutuellement dans une marche lente ; impeccable rythme pour vous restaurer. alors, tu entames la conversation, du moins tu essaies. c’est un bon début même si à entendre ta question, tu la trouvais mieux dans ta tête. anaïs t’a grillé quand tu l’as fixé ; tu contiens tes émotions pour ne pas trop exposer ton malaise. pas que tu as honte. en soit, ça ne te dérange pas tant qu’elle t’es vu faire. tu cherches juste les mots. les mots justes.
le rire d’anaïs est comme une aide à la situation. tu vois ça comme une ouverture :
quoi ? j'ai de la sauce sur le visage ou...?
tu ris de bon coeur, te pinçant la lèvre inférieure. tu scrutes son visage au cas où il y aurait réellement une trace de sauce. ça aurait été un sacré coup de pouce pour te rapprocher, mais il faut arrêter d’attendre une quelconque assistance !
ainsi, tu lui demandes de ses nouvelles. sur les derniers jours passés. tu l’écoutes, continues à manger des frites même si tu n’as pas faim. finalement, tu poses ta barquette sur la rambarde pour te libérer les mains et pivotes sur tes talons pour contempler l’étendu d’eau. face à vous, bordeaux lac.
je travaille plus. mais ryan va faire passer mon cv à son patron. ça sera plutôt drôle de bosser ensemble je pense.
un fin sourire étire tes lèvres avant que tu ne reposes ton attention sur la belle. tu ris de nouveau, constatant qu’anaïs a maintenant une réelle marque de sauce sur le nez. tu t’approches. et bientôt, tu frôles sa joue. d’abord calmement.
j’vois que tu te régales… tu souffles d’une voix basse en passant ton pouce contre le bout de son nez. t’es là, face à elle, sans grandes distances entre vous maintenant. ton regard glisse sur ses lèvres et bientôt retrouvent les yeux d’anaïs. petit silence. laps de temps où tu sens ton coeur qui s’emballe.
tu sais…je-j’arrête pas de penser à l’autre soir.
tu dis ça calmement tandis que dans ta poitrine, c’est la vraie folie. t’espères qu’anaïs ne confirme que c’est son cas aussi. que tu te fais pas d’idées vis à vis de l’autre fois. tu n’as pas pu ressentir un truc et elle rien. si ?
ce que tu sais, c’est que t’es incapable de te reculer maintenant. ne serait-ce d’un pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs) Sam 21 Oct - 0:19

finalement, ça remarque te fait sourire et tu ne peux faire autrement que de lui lancer un petit regard complice. je vais prendre ça comme un compliment et te remercier vois-tu. ouais parce que c'est la meilleure chose à faire dans les cas là. si tu n'agis pas de la sorte alors, tu risques de partir dans un débat interminable et dieu seul sait à quel point il est difficile de te faire changer d'avis lorsque tu as un truc en tête. t'es peut-être très gentille, un brin naïve et ouverte d'esprit plus que plupart des gens or, t'es aussi ultra bornée lorsque tu t'y mets. tu peux camper sur tes positions pendant des années en essayant de prouver par a + b que tu as raison. le plus inquiétant c'est que parfois, t'es en tort. dans les cas là, t'arrives même pas à l'avouer. tu boude quelques instants comme une gamine de cinq ans et demi et ce, jusqu'à ce que le sujet soit passé de mode et qu'on oublie. comme quoi, t'as ton petit caractère malgré tout, faut bien le reconnaître.
une fois la nourriture achetait, vous marchez un petit peu. il te demande des nouvelles avoir t'avoir fixé comme s'il avait une révélation à te faire. au final, c'est juste une question simple et banale à laquelle tu ne sais pas quoi répondre. tu travailles beaucoup, tu passes du temps à la salle, tu vois des amis, t'as eu l'occasion de parler avec daphné et puis, t'as également eu une petite conversation avec ryan à son sujet or ça, tu décides de le passer sous silence. pourtant, c'est comme s'il lisait dans tes pensées car quelques minutes plus tard, il fait justement référence à ton meilleur ami qui est sensé lui trouver du boulot. tu grimaces légèrement lorsqu'il dit que ça pourrait être sympa. drôle pour vous, sans doute. pour boss et les clients, c'est plutôt la merde ouais ! évidemment, tu ne peux t'empêcher de rire suite à cette taquinerie mais au fond de toi, une part y croit vraiment. ryan ne doit pas être un employé modèle alors s'il entraîne alan dans ces conneries, laissez tomber le massacre ! tu les imagines déjà faire de la merde dans les rayons et ça te ferait grincer des dents si t'étais à la direction. bref, on leur dira rien.
il se tourne légèrement vers toi lorsque tu finis par le rejoindre contre les rambardes. tu observes l'horizon un court instant avant de tourner la tête vers lui pour lui porter toute ton attention. de nouveau, tu le questionnes du regard lorsqu'il sourit. il approche sa main de ta joue et tu l'observes faire. ton coeur s'emballe mais tu tentes de te contrôler. après tout, t'as plus quinze ans, t'as pas le droit de réagir comme ça. il passe son pouce sur le bout de ton nez et un sourire étire tes lèvres. merci... que tu murmures d'une voix à peine audible lorsqu'il finit par reprendre la parole.
il te parle enfin de cette fameuse nuit. de ce soir qui occupe tes pensées et duquel tu n'arrives à te détacher. évidemment, t'es à la fois anxieuse et soulagée. tu pensais que jamais ce moment n'arriverait. finalement, tu vois à la façon dont il te bouffe du regard que ça ne peut être que positif. il ne réduit pas la distance qu'il y a entre vous et tu baisses légèrement la tête parce que ce genre de conversation t'as toujours mise mal à l'aise. t'es pas du genre à parler de ce que tu ressens et ce, malgré le fait que tu sois assez émotive. être confronter aux regards des autres t'angoisse. tu prends malgré tout ton courage à deux mains parce qu'il faut bien se laisser un jour ou l'autre pour pouvoir aller de l'avant. moi aussi j'y ai pensé... peut-être un peu trop même. que tu finis par avouer tout en mordillant la lèvre inférieure. tu relèves les yeux vers alan à la recherche d'un petit signe, du moindre indice, de courage aussi. peut-être que tu pourrais poursuivre... peut-être que tu devrais le laisser parler aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: good feeling (anaïs)

Revenir en haut Aller en bas
good feeling (anaïs)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: release your problems :: lonely boy :: rps-
Sauter vers: