.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

under the sheets (côki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: under the sheets (côki) Mar 10 Oct - 16:44

vous vous êtes couchés chacun dans votre lit ce soir-là, vous avez passé la soirée devant la télévision, à discuter de tout et de rien comme pour évacuer la soirée et l’arrivée de Sami. C’était instinctif, presque irréel après ce qu’il s’est passé entre vous de vous séparer ainsi, mais c’était sûrement nécessaire pour voir si après une nuit reposante, le changement était vraiment là. Tu as eu du mal à trouver le sommeil, c’était bizarre comme sensation, un chamboulement de sentiments, trop d’un seul coup. Ça te fait réfléchir un peu trop certainement, alors le subconscient teste les réactions. Pourtant, tu n’as pas rêvé cette nuit-là, ou en tout cas tu n’en as aucuns souvenirs.
Tu te lèves le lendemain matin, il est tôt, enfin tu ne prends pas le temps de jeter un œil sur ton téléphone pour regarder. Non, t’as un autre truc en tête à ce moment, une envie dévastatrice de retrouver le contact perdue la veille. Pourtant vous n’avez rien mis au clair tous les deux, pas de mot distinct pour vous définir. C’est beaucoup trop tôt pour ça probablement et ça te convient très bien. Tu sors de ta chambre en éjectant les fringues qui trainent sur ton passage, essayant d’être le plus discret possible. La porte claque derrière toi, alors que tu t’approches de celle de keiki. Tu restes devant durant plusieurs secondes avant d’oser entrer. Sans prendre le temps de toquer à sa porte, tu entres effrontément dans le noir de sa chambre. T’y vois pas grand-chose, mais tu te rappelles de la disposition des meubles. Tu te laisses guider par la seule lueur qui émane de son volet avant de te laisser glisser sous sa couette. Elle va peut-être croire à une agression la pauvre, alors sans attendre, tu tâtes le tissu pour sentir le relief de son corps sous le drap. Tu souris sans qu’elle ne puisse le voir avant de murmurer. « salut beauté des îles, bien dormi ? » tu fais exprès de sortir le genre de phrase bateau du dragueur du dimanche. Après tout, on est dimanche. Ta main glisse dans ses cheveux pour mieux te diriger tes lèvres contre son front pour y déposer un baiser léger. Et ce même si il y a une infime chance pour que tu te prennes un pain dans la gueule.
@keiki jones


Dernière édition par Côme Sevaux le Mar 10 Oct - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mar 10 Oct - 21:32

la soirée a été longue et éprouvante. peut-être trop, sans doute, même, au final. des émotions qui ont fait les montagnes russes, un cerveau perdu et un coeur dans un pas franchement meilleur état. paumée et complètement lessivée, c'est après un dernier baiser et un léger sourire qu'on s'est quittés, côme et moi. chacun dans sa chambre, chacun dans son lit.
au lit, couchée, les dents brossées, l'estomac vide, incapable d'avoir avalé quoi que ce soit après tout ça, et de toute façon, ça m'était complètement sorti de l'esprit. endormie brutalement, comme un bébé, un début de sommeil agité, complètement enroulée dans les draps. je me suis levée silencieusement au milieu de la nuit pour fumer dans ma chambre, pour m'alourdir les neurones et les paupières au passage, pour réussir à trouver un meilleur sommeil.
gagné.
la terre pourrait trembler, la cuisine pourrait exploser, un avion pourrait s'écraser par notre fenêtre, rien ne me réveillerait à cet instant. et pourtant. pourtant, quand le matelas s'affaisse légèrement du côté où je ne suis pas, mon cerveau commence doucement à se réveiller. quelque chose cloche.
mais quand je sens le contact, quand je sens la main qui glisse contre le drap, contre mon corps, quand j'entends sa voix, plus rien ne cloche, tout prend son sens. je souris un peu, les yeux fermés.
j'ai pas compris le début de sa phrase, j'en ai pas compris le sens, je dors encore à moitié. rien n'est grave.
- mmh.
sa main dans mes cheveux, le baiser sur mon front. sourire qui s'étire encore plus. doux réveil, trop doux pour nos habitudes, pourtant pas moins agréable. j'avance ma tête pour la poser contre lui, passe mon bras par-dessus son corps, je me colle, sans pour autant le serrer. j'en suis dans l'incapacité, à cet instant.
- je dormirais bien encore un peu, avec toi.
sourire qui refuse de s'en aller, que je ne voudrais, de toute façon, faire partir sous aucun prétexte.
je voudrais juste profiter de ne pas avoir à me lever pour une quelconque raison, profiter que côme soit là, près de moi, profiter et faire comme si la deuxième partie de la soirée d'hier ne s'était pas passée. profiter d'être collés, de garder encore les yeux fermés sans pour autant m'endormir. profiter de me faire envelopper par sa chaleur et son odeur.
profiter du moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mer 11 Oct - 13:52

y'a rien de plus simple au final, les gestes sont naturels et tu prends enfin le temps de te poser en sa compagnie. comme un moment hors du temps, la pénombre encore bien présente dans la pièce rend l'instant un peu plus doux. tout devient plus simple, plus besoin de faire attention, d'être discret lorsque tu sors de ta chambre, maintenant c'est dans la sienne que tu viendras passer ton temps. le début des sensations à deux, ce matin tu ne penses plus du tout à la veille, tu oublies le négatif et profite du présent, que des souvenirs à construire. tu sais que lou est sorti, probablement rejoindre des amis et ce n'est pas plus mal, vous avez l'appartement pour vous ce matin.
keiki n'a pas l'air de vouloir s'éveiller, malgré tes caresses, tu la sens s'enfoncer un peu plus dans les tissus qui la recouvre. tu t'allonges à ses côtés, prenant soin de t'imposer un peu plus à chaque mouvement. un léger souffle qui s'échappe et c'est d'une douceur sans nom. son bras se pose autour de ton torse, sa tête contre toi et tu te laisses faire avec plaisir, heureux de voir ce nouveau visage qu'elle ose lui présenter.
tu as toujours aimé les réveils qui prennent du temps, le temps d'attendre et l'envie du temps à deux. partager un bout de lit juste quelques minutes de plus, un câlin qui prend mille ans, rien de plus important.
la moitié de ton visage empiète sur son oreiller, posé au dessus de sa tête. quelques mèches de cheveux viennent chatouiller ta peau sans que tu n'oses les déplacer. ta main glisse sous le drap qui la sépare de toi et tes doigts viennent effleurer son épiderme pour tracer une ligne le long de son dos. « d'accord, rendors-toi je reste là » ta respiration est lente, tes yeux se ferment en l'écoutant proposer une fin de nuit à deux, proposition tentante malgré le sommeil qui semble déjà bien loin. ton bras s'installer sous sa nuque pour vous rapprocher, prenant soin d'éviter tout geste trop brusque qui pourrait la déranger. disposition parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Jeu 12 Oct - 22:21

côme à mes côtés, un premier réveil, un premier matin collé malgré une nuit séparés, et tout a l'air de prendre son sens soudainement. comme si c'était naturel, rien de plus normal. comme si c'était exactement ce qu'il devait se passer, que nos corps étaient maintenant faits pour se retrouver collés de cette façon. côme à mes côtés, et je voudrais qu'il n'en bouge jamais.
comme une évidence.
rien n'a été dit pourtant hier soir, pas de mots ont été soufflés, rien n'a été tiré au clair, rien n'a été annoncé, et on ne s'en porte pas plus mal, au final. nos deux corps simplement collés, nos souffles entremêlés, nos chaleurs mélangées, un moment spontané, et la vie reprend son cours comme si de rien n'était, un sourire étiré sur les lèvres, en grand.
mon bras autour de son torse, ma tête contre lui, sa tête qui prend sa place sur mon oreiller et ses doigts qui glissent dans mon dos dénudé. frisson. mes joues tirent, me font mal, à force de sourire de plus en plus. proposition beaucoup trop tentante qu'est celle de me rendormir, là, dans ses bras, de finir ma nuit à ses côtés, de ne plus bouger. putain, ce que j'en ai envie.
long soupir. autant de désespoir que de satisfaction.
ma main bouge de son torse à son épaule, mes yeux s'ouvrent enfin doucement, restent un instant à divaguer, à faire les tours de son visage, à observer lentement, les yeux pétillants, brillants, perçant, souriants, avant d'avancer mon visage proche de sa mâchoire, d'y déposer un baiser, puis deux, puis trois.
- non, non, c'est bon. je ne vais pas me rendormir.
je ne vais pas me rendormir pour la simple raison que je veux profiter encore un peu, encore pas mal, même. on n'a aucune idée de ce que demain sera fait, même dans une heure, on ne sait pas si on ne s'engueulera pas encore, comme hier, à en frapper dans les murs. je veux trop profiter de la bonne une humeur avant qu'elle ne risque de s'en aller.
nouveaux baisers contre sa mâchoire carrée, mes lèvres qui remontent doucement à sa joue, au coin de ses lèvres à lui, et mon visage qui trouve sa place, là, contre le sien, les yeux qui se referment, et mon corps qui lutte pour vraiment ne pas me rendormir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Ven 13 Oct - 10:55

T’as rien du gentleman Côme, tu ne sais pas ranger correctement un appartement, souvent t’as les idées qui fusent et tout le temps t’es dans la violence. Celle dont tu as fait preuve hier, c’est le reflet entier de ton caractère, trop intense pour prendre les bonnes décisions.
La seule chose pour penche en ta faveur, c’est bien l’attention que tu portes à tes proches. T’as sœur en ai l’exemple type, malgré les crises de possessivité dont tu fais preuve à son égard, c’est toujours elle qui revient vers toi. Preuve qu’au fond, t’es loin d’être un tyran.

L’envie de la rejoindre était bien trop forte pour rester seul dans ta chambre, un besoin de douceur intense auquel elle répond parfaitement. Sa bouche contre ta peau, l’impression est divine. C’est retrouver l’attention qu’il donne temps, un retour qui fait du bien.
Tu te laisses faire sans bouger, tout ce que tu as à faire maintenant c’est profiter de la douceur ambiante pour te nicher dans ce long et calme moment. Ton visage apaisé et le sourire aux lèvres, tes doigts continuent leur chemin le long de la colonne vertébrale, les omoplates puis c’est ta main qui se pose délicatement dans sa nuque alors qu'elle murmure ne plus vouloir dormir. tu esquisses un léger sourire du coin de la lèvre. alors que tu sens son souffle gagner de la place, trop proches pour de simples amis, trop ambigüe pour ne pas y voir une brèche.
Son corps logé contre le tiens, la volonté de se rendormir malgré la promesse. « ok, tu vas me préparer le petit-déjeuner alors ? » tu susurres alors, l'ironie peut très vite se distinguer dans ton ton, à moins qu'elle ne comprenne pas le vrai sens de tes mots, ce qui serait bien dommage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Ven 13 Oct - 19:19

et là, toute collée contre côme, la colocation prend son sens brutalement. l'animosité, la sauvagerie qui nous habite depuis le début n'était rien de plus qu'en certaine tension qui avait besoin d'exploser, qui avait besoin d'être transformée en affection, même si elle ne durera pas constamment, même si de temps en temps, la sauvagerie reprendra inévitablement le dessus. à cet instant, tout prend son sens, et alors que sa chaleur m'enveloppe, je réalise qu'à ce moment-là, je ne voudrais être nulle part ailleurs.
les yeux fermés, la tête bien calée, je ne vois pas ses réactions, je ne vois pas s'ils sourit, ou pas, s'il a les yeux fermés lui aussi ou non, je ne vois rien. je reste simplement concentrée sur ses doigts qui font leur chemin le long de mon dos, jusqu'à ma nuque. décharge agréable d'électricité. niveau supérieur du frisson.
je souris plus franchement quand il me parle du petit-déjeuner, et me relève un peu, appuyée sur ma main, bras tendu, mes yeux dans les siens.
- mais oui, bien sûr, et je te rapporte tout au lit, dans un plateau, avec des fleurs. tu rêves.
je ris, et le pince gentiment au bras. n'importe quoi. j'ai bien compris qu'il blaguait, je ne l'aurais de toute façon pas fait. quoi que. tous les deux levés, j'aurais pu me motiver à faire le petit-déjeuner. mais non. non, pas ce matin. une autre fois, peut-être.
- c'est plutôt toi qui devrais me faire le petit-déjeuner. je suis une reine, je te rappelle.
nouveau rire. aucune prise au sérieux, et c'est pas plus mal comme ça, de toute façon. je n'ai absolument rien d'une reine, ni le titre, ni l'allure, ni l'ego. je sais me débrouiller toute seule, et côme aussi. on se débrouille chacun dans notre coin, depuis le début. les deux indépendants. c'en est à se demander comment se terminera cette histoire. lionne indomptée et indomptable, avec mon besoin d'indépendance, mes relations qui ont toujours mal fini à cause de ça, je me pose sincèrement la question de savoir si ça finira pareil, encore une fois.
j'espère pas.
je me roule un peu dans le lit, allongée sur le dos, cette fois, tout près de côme, mais pas collée, seul mon bras retourne se placer contre lui, contre son ventre.
- sinon, on peut sortir, manger dehors, avoir des bons croissants chauds.
le rêve de tout étranger en france, au réveil. manger des croissants chauds.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Dim 15 Oct - 11:13

elle se complaît dans l'ironie, toute blague à sa part de vérité. et puis qui ne serait pas comblé par un repas servi dans un lit, par une femme aux charmes certains ? ça te rappelle les paroles de ta chère soeur quand elles se sont rencontrés, une allusion à sa beauté comme une apparition, elle avait été surprise de te voir aussi bien accompagné. il t'étais impossible de renier l'impression que tu avais eu lorsque tu l'avais rencontré la première fois. Une femme à qui personne ne ressemblait pas ici, un teint hâlé qui appelle au voyage et ces yeux d'enchanteresse qui en tétaniserait plus d'un. Jusqu'alors, tu avais mis des œillères quand à tes impressions, tu n'étais pas insensible mais cela ne devait pas se voir. tout s'explique, l'animosité ambiante ne reflétait que ton envie de la savoir un peu plus proche de toi, rien à voir avec une tenue provocante ou ce caractère qui sait te tenir tête. Ce n'était pas de la contrariété, mais bien de l'envie. elle ne devait pas se montrer aux autres car toi seul souhaitait en profiter, elle n'avait pas à te tenir tête car tu devais en décider. hier, tu n'as pas eu gain de cause et tu sais que les conflits sont à vos portes à la moindre seconde. mais l'avoir dans tes bras à cet instant est tellement agréable que tu en oublies tout. tu arrives même à oublier sami et son apparition de la veille, assez longtemps pour te concentrer enfin sur l'essentiel. Vous ne savez pas ce que demain est fait, la soirée d'hier en ai l'amère exemple, maintenant vous allez profiter coûte que coûte.
keiki ne se gêne pas pour retourner la situation, tout en se détachant de tes bras. frustration extrême. elle te regarde sérieusement malgré ses paroles désinvoltes et toi, ba toi tu souris.
- une reine ? t'as oublié de me dire un truc ? pendant un instant tu y croirais presque, peut-être que son pays natal, certaines personnes sont encore considérés comme roi et reine, problèmes de plus. elle est marié a un homme tout puissant avec tes tatouages maori partout, putain lou, pourquoi tu m'as fait regarder vaiana...
elle se rallonge doucement, effleuré ta peau à nouveau avant de te proposer de sortir dehors. à ce moment précis, la flemme te ronge, tu préfères rester au chaud, toi les croissants tu connais pas cœur. mais elle a l'air de vouloir suivre ses envies.
- non, non j'veux rester là.
tu attrapes son bras dans la foulée pour la coller contre toi, un peu plus. un câlin forcé pour accentuer ton désir de rester lover dans son lit, à profiter d'être enfin à deux, seuls contre le froid de l'extérieur.


Dernière édition par Côme Sevaux le Lun 16 Oct - 14:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Dim 15 Oct - 17:19

les blagues de côme ce matin, sa douceur, sa gentillesse, son tendresse, l'affection qu'il me porte sans compter ses regards à mon égard sont tout ce dont toute femme rêverait, tout ce qui comporte un gros risque de dépendance. un peu trop, et je risquerais d'en vouloir tout le temps, tous les matins, de ne plus supporter les coups de sauvagerie, les coups de chaud, nos voix qui crient, qui s'emmêlent dans la résonance de l'appartement, et les poings serrés qui menacent de rentrer en collision avec les murs. toutes ces choses dont je risquerais d'être dépendante à force, toutes ces choses dont je n'ai jamais été dépendante avec qui que ce soit, toutes ces choses qui feraient que je pourrais éventuellement être apprivoisée à un moment donné, tout ce que j'ai toujours refusé.
et pourtant, à cet instant, pour rien au monde je ne quitterais ses bras, ces draps, cette chaleur, ces sourires.
- je ne te l'ai jamais dit? je suis une des descendantes de kamehameha premier.
quelques secondes de pause. une évidence pour moi de parler de cet homme, une référence qu'il assimilera lui, probablement aux dragon ball z.
- il était le premier roi d'hawaii, pour information.
blague dite au ton sérieux. à ma connaissance je n'ai aucun lien de parenté avec la maison des kamehameha, mais ça pourrait bien être la vérité sans le savoir. mon père pourrait en être un descendant que ça ne m'étonnerait pas vraiment. mais quand bien même il s'agirait de la vérité, rien ne changerait vraiment. je serais toujours la même personne, toujours aussi simple, toujours aussi sauvage, toujours aussi archétype de la fille de l'île.
rallongée à ses côtés, la main qui se contente de se balader sur côme, je tente de nous faire sortir d'ici, d'aller manger à l'extérieur. voilà la seule chose qui pourrait me faire sortir de tout ça, à cet instant. finalement il en existe bien une, oui. un petit-déjeuner chaud, partagé. côme est contre, à en entendre sa réponse, à en voir la façon qu'il a de me tirer à lui, de me serrer dans ses bras. doux rire qui s'échappe de mes lèvres, dents qui viennent se loger contre menton doucement, avant d'y poser un baiser.
- tu refuses que je me nourrisse? tu veux que je maigrisse?
nouveau rire. les rires qui commencent et qui n'en finissent plus de fuser. la beaucoup trop belle journée qui commence à se profiler.
- alors dis-moi.. tu veux rester là et faire quoi?
sourire en coin, regard qui court sur chaque trait de son visage sans s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Lun 16 Oct - 14:27

Les frustrés de l’amour diraient que la scène est à vomir de tendresse, toi tu préfères profiter de la chaleur de vos deux corps et de la fraicheur des draps. Bonne humeur ambiante, les sourires pleuvent tandis que le soleil éclair un peu plus la pièce à travers les rideaux. Tu la regardes, inspectes son visage dans les moindres détails pour en déceler toutes les coutures. Elle parait presque irréelle, tu te surprends même à détailler ses boucles mi brunes mi dorées qui ondulent le long de sa nuque. Le parfum dans la pièce est agréable, invite lui aussi au voyage. Alors que tu ne peux t’empêcher de rire en pensant évidemment au manga tant médiatisé en Europe quand elle sort le mot kamehameha. Tu ne sais pas si elle est sérieuse, elle va sûrement mal le prendre, mais impossible de t’empêcher de sourire, amusé.
« j’savais pas que les japonais avaient envahi Hawaii »
Tu hausses les épaules l’air moqueur avant de l’attirer à nouveau vers toi. T’as pas la force de quitter l’oreiller ni de poser un pied par terre. Pas maintenant, peut-être plus tard quand l’appelle de l’estomac se fera plus fort. Enfin tout ça, c’était avant de l’entendre en rajouter sur sa faim.
« jamais je n’oserais faire ça, tu mangeras, mais pas maintenant »
Loin de toi l’idée de lui dicter ce qu’elle doit faire, même si pour le moment elle n’a pas l’air de te contrer. Son sourire te ravi et ses paroles te font instinctivement baisser les yeux vers ce corps qu’elle ose citer. C’est plus fort que toi, trop attiré pour denier détourner le regard sauf pour plonger tes yeux bruns dans les siens. Comme tu le disais, trop belle pour être vrai. Maintenant qu’elle est dans tes bras, ta vison est tout autre, sa nudité en ferait flancher plus d’un et pourtant, tu ne l’as encore jamais vu ramener quelqu’un à l’appartement. Elle n’est pas n’importe qui tu le sais, elle n’a pas les mêmes coutumes ni parfois le même langage. C’est assurément cet exotisme qui te fait chavirer depuis le départ.
« on peut dormir, on peut parler… »
Des sous-entendus qui vont probablement finir en fumée, c’est ta main qui vient alors caresser son bras lentement, venant par la suite déposer tes lèvres sur les siennes pour retrouver l’intimité perdue la veille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Lun 16 Oct - 20:07

et côme qui ne prend rien au sérieux, comme je m'y attendais bien. même si c'était une blague plus qu'autre chose, l'enfant de l'île en moi prend mal le fait qu'il se moque à quelque part du nom de notre premier roi. elle me fait lever les yeux au ciel et froncer les sourcils, presque à croiser les bras, le tout en même temps. il sourit, je rêve de sourire avec lui, mais la sauvage prend le dessus l'espace de quelques secondes pour m'empêcher de profiter. elle est vexée.
- t'es nul.. tout ne tourne pas autour de bordeaux et des dessins animés, tu sais.. il faut s'instruire.
oh, il le sait certainement, j'en suis persuadée. il le sait qu'il y a de la vie ailleurs que dans sa ville, que dans son pays, mais je n'y peux rien, je suis heurtée, dans mon coeur, moi qui tient hawaii et son histoire, son patrimoine, si fort en moi, qui chérit tout ça à un point inimaginable. j'peux bien parler, moi. j'suis peut-être instruite, mais j'avoue que je ne connais pas grand chose sur l'histoire de france non plus. j'ai pas été à l'école pour apprendre ça, moi. même si j'y avais été, j'suis pas certaine que je l'aurais appris pour autant.
mais. je ne me serais pas moquée, s'il m'avait sorti un nom de roi un peu bizarre.
je ravale finalement mon ego, je range la sauvage vexée, fait une moue adorable, tente de le faire culpabiliser à insinuer qu'il veut m'empêcher de manger, que je risque de maigrir, tout ça parce qu'il me refuse un croissant mangé à l'extérieur. peu importe. j'irais en manger un, un autre matin, sans lui. avec lou, peut-être. elle acceptera sans doute, elle.
allongée à ses côtés, il ne peut pas s'empêcher de me tirer contre lui pour me coller, pour qu'on se serre, qu'on ne se lâche plus. je souris, j'accepte gentiment de me faire coller, de me faire changer de place quand j'étais bien installée. je m'installe encore mieux, une jambe sur les siennes, un bras qui prend sa place de l'autre côté du torse pour glisser contre l'épaule, la tête qui ne cesse de changer de position, entre la clavicule de côme, son visage, ou même relevée.
des mots à peine jetés dans les airs, qui ne veulent rien dire, des propositions qui ne seront même pas réalisées, un sourire qui grandit quand sa main glisse sur mon bras, et mes paroles qui sont bloquées dans ma bouche, qu'on m'empêche de prononcer d'un baiser. quelques secondes, un sourire qui ne veut plus s'en aller, des yeux fermés et un estomac soulevé, plus léger. une arythmie cardiaque qui s'installe, anormale mais bien trop agréable.
ma main glisse contre sa mâchoire et le repousse lentement, de quelques millimètres à peine. je le regarde droit dans les yeux, joueuse.
- c'est comme ça que tu essayes de parler, toi?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mar 17 Oct - 9:08

elle le prend mal, c'était à prévoir. tu ne peux pas t'empêcher d'adorer cette mine boudeuse qui imprègne son visage durant un court instant. elle est vexée c'est certain, mais en même temps la moquerie était bien trop facile, c'est pas comme si tu t'empêchais de la charrier depuis que vous vous connaissez. son accent n'a d'égal par ici et son anglais t'impressionne toi qui n'a jamais écouté quoi que ce soit dans ce genre de cours au lycée. elle parle de s'instruire, tu ne savais pas qu'elle connaissait ce mot aussi soutenu du français, t'es presque épaté. tu te souviens avoir dragué une hollandaise une fois, autant dire que ton image en a pris un coup. tu faisais pitié avec ton anglais approximatif et elle l'a bien remarqué, comme tout le reste du camping.
bref, son regard te lance un éclair tandis que ses sourcils se froncent, mais tu ne retiens pas. proche de son bras, elle finit par se laisser faire et récupère une place bien plus confortable dans tes bras. maintenant que tu peux t'excuser de cette manière, tu ne te gêneras pas.
tu l'embrasses et c'est ton âme qui vacille, tes muscles qui s'emparent de chaque geste pour les amplifier. sa jambe autour de la tienne, toujours un peu plus près d'elle, la sensation est unique. - c'est comme ça que tu essayes de parler, toi? c'est certainement plus fort que toi oui. Sa main repousse ton visage et la frustration est intense, ton sourire grimace légèrement.  
« c'est une coutume française, j'sais pas si tu connais »
ta plaisanterie est trop facile, elle pourrait aisément répliquer et éviter le sujet. alors tu préfères attendre un geste de sa part, une parole même si tu serais bien embêter de devoir aller chercher un petit-déjeuner en express là tout de suite. mais tu le ferais quand même.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mar 17 Oct - 9:57

j'aurais pu, il y a quelques secondes, partir au quart de tour, j'aurais pu tout faire flamber, j'aurais pu lui crier dessus, j'aurais pu lancer une énième dispute. j'aurais pu. et si je me suis contentée de faire cette mine boudeuse, vexée, plutôt que l'envoyer sur les roses face à ses moqueries, c'est parce que la situation se portait plutôt à quelque chose léger, parce que l'ambiance est si douce, si délicate, si tendre, qu'il aurait été bête de tout gâcher d'un coup, de quelques mots, pour un roi que je n'ai jamais connu en chair et en os, de toute façon.
alors, l'atmosphère plus détendue, nos corps collés, côme se met à m'embrasser et mon sourire ne peut pas s'empêcher de tirer mes lèvres. quelques secondes, quelques secondes uniquement où le palpitant se met à tambouriner trop fort et trop vite, à en perdre le tempo, quelques secondes durant lesquelles tout s'embrase à l'intérieur, et la chaleur fait son nid.
ma main repousse ses lèvres, sa tête, quelques instants, et son visage change, son regard est différent. frustré. je n'en souris que plus, surtout à l'écouter me répliquer. ce sourire au bord de mes lèvres qui se veut charmé et charmeur, intrigué et intrigant.
- ah bon? non, je ne connais pas, non. mais tu sais..
ma main lâche sa mâchoire pour glisser dans ses cheveux, y faire sa place, les doigts qui jouent chacun avec une mèche différente.
- je veux bien apprendre les coutumes françaises.
nouveau sourire, mes doigts refusent de bouger de place, beaucoup trop bien logés, j'avance mon visage pour l'embrasser à mon tour. peut-être trop tendre, peut-être pas assez sauvage, je n'ose pas me lancer vraiment, de peur de le brusquer, d'aller trop vite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mer 18 Oct - 10:54

Si tu avais su ce qu’il se passerait entre vous, t’aurais eu du mal à y croire. Y’avait rien de préméditer pour ta part, malgré les regards et les crises à répétition, t’étais bien trop obnubilé par vos mots plus fort les uns que les autres. Trop orgueilleux pour voir que tout cela n’était pas anodin. C’est bizarre comme sensation, t’as l’impression de t’être trompé sur toute la ligne, d’avoir pris la situation du mauvais sens, et finalement ça parait tellement évident. Vous êtes là tous les deux, collés l’un contre l’autre et ça sonne comme irréel. Vous n’avez encore rien vécu ensemble, mais tu diras aux autres que c’était écrit ainsi, deux vies condamnées malgré les obstacles. Tu ne te projettes pas non, tu vis l’instant présent, profitant du moindre grain de sa peau qui passe sous tes doigts, épiant chaque détails et mourant d’envie de s’accrocher encore et toujours à ses lèvres. Et puis tellement plus encore. La proximité devient dangereuse, les souvenirs de la veille reviennent, avant que tout bascule.
Tu la regardes sourire et c’est la fin pour toi, l’euphorie à l’intérieur et les yeux qui brillent. je veux bien apprendre les coutumes françaises. tu espérais au fond qu’elle te réponde positivement et c’est chose faite. Tu souris de plus bel en la voyant s’approcher de nouveau pour poser ses lèvres sur les tiennes. C’est plus doux que d’habitude, moins féroce et toi tu succombes face à ces barrières qu’elle laisse s’échapper devant toi, enfin apaisé. Ses doigts dans tes cheveux te bercent lentement et ta main derrière sa nuque qui vient rejoindre son cou pour garder son emprise. pour finalement descendre peu à peu vers le creux de sa poitrine, puis son ventre, glissant sur son épiderme où les frissons s'imposent. Tu romps le baiser pour un court instant, juste le temps que ta bouche rejoigne sa joue et finir par murmurer à son oreille.
« tu es magnifique » ça sonne comme l'aveu d'un pêché, une confession sous le secret. Tu as l'impression d'avoir gravi des montagnes pour en arriver à pouvoir la toucher d'aussi près. Alors tu profites de ce rapprochement, tu tentes et retrouve le contact de sa peau dans quelques baisers dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Mer 18 Oct - 12:05

collée contre côme, son souffle qui tape contre ma peau, qui se mêle au mien, la proximité qui fait battre mon coeur à vivre allure, ses yeux dans les miens et ce baiser échangé, le premier véritable baiser depuis la veille au soir. tant de facteurs qui me font sourire, peut-être trop, peut-être bêtement, peut-être qu'il se moquera de moi, mais j'en suis bien incapable de m'en empêcher, de retenir ce sourire qui, coûte que coûte, fera sa place sur mon visage. tant de paramètres qui font grandir une excitation à l'intérieur de moi, un bien-être soudain au fond de moi, comme une lumière qui s'éclaire brutalement dans ma poitrine, une lampe à uv qui chauffe tout sur son passage.
tout un mélange qui fait que je ne veux plus m'en écarter.
mes lèvres retournent se coller aux siennes, plus douces, plus délicates, que je voudrais retrouver un peu plus passionnées, plus sauvages, sans pourtant poser aller trop vite, à en voir la façon qu'il a l'air d'apprécier ce baiser calme. qu'il a l'air d'apprécier ce calme tout court, ma main dans ses cheveux, la sienne qui glisse, de ma nuque à mon ventre, qui secoue mon corps entier de frissons, mes yeux qui se ferment d'eux-mêmes pour mieux en apprécier tout ce qui m'emporte ailleurs. ses lèvres, qui glissent encore, qui se déplacent. ces quelques mots susurrés aux creux de mon oreille.
- oh, stop it, you.
les joues qui rosissent, l'agréable sensation qu'ils provoquent à mon égard, la légère gêne d'entendre côme les prononcer quand bien même c'est la vérité. ce mélange qui libère une secousse le long de ma colonne vertébrale, et ses baisers dans mon cou qui font lâcher un long soupir de mes lèvres.
plus, plus, plus, toujours plus.
ma jambe glisse complètement, par-dessus les siennes, je me relève assise, à califourchon sur ses genoux, et l'entraine avec moi, ma main toujours à l'arrière de sa tête pour le faire se relever, complètement collés, ma poitrine nue contre son torse, qui se soulève rapidement, et son visage que je tiens entre mes deux mains pour retourner chercher le goût de ses lèvres, mes dents qui s'y plantent à peine, légèrement, l'espace d'un instant, le sourire tiré, pour lui offrir finalement un peu plus de passion, sans trop en donner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki) Sam 21 Oct - 9:38

c'est le mélange des caresses, les souffles qui se prolongent au contact de la peau frémissante. rien de plus confortable qu'un lit au summum du confort pour y blottir deux âmes en quête d'attention. tu ne peux plus le nier, cette femme ne te l'aise pas indifférent, bien au contraire. voir son rire, la rapprocher de toi et avoir la permission de faire glisser tes doigts sur sa peau, ne font qu'accentuer ton envie d'aller plus loin encore. la fougue de la veille ne demande qu'à ressurgir, mais cette douceur n'est pas pour te déplaire. tu la sens baisser les armes, cette confiance qu'elle te lègue à ce moment t'anime un peu plus à chaque moment.
keiki se laisse emmener et ça parait presque surréaliste. tes paroles ont l'effet espéré, un soufle aigüe sur ta peau et c'est ton corps tout entier qui exulte sous la tendresse du moment. tu ne vois pas ses joues qui s'empourprent, bien trop occupé à encrer tes lèvres un peu partout sur ta peau. mais tu sens les doigts qui se resserrent sous l'emprise, sa jambe chevauchant les tiennes et maintenant c'est toi qui respire un peu trop profondément.
l'action est rapide, peut-être un peu trop car le toucher vient se substituer à la vue. elle t'entraine avec elle, brisant le peu de centimètres qui vous séparait alors. tes mains s'attardent sur la courbure de son dos, son buste dénudée contre le tiens. tout n'est plus que passion dévastatrice qui vous emmène droit vers l'intimité de la veille que tu retrouves avec un plaisir inouïe. les bouches se lient encore dans une danse à la température montante en crescendo.
de légers râles se sont entendre sous l'autorité de ses lèvres, entre deux respirations saccadées. tu prends ses gestes comme indication positive pour te permettre toujours plus. les caresses s'intensifient et c'est l'excitation grandissante à l'idée qu'elle t'appartienne enfin qui amplifie tes mouvements, lents, mais ordonnés. tes mains descendent pour profiter du galbe de ses courbes parfaites, tu la rapproches un peu plus de toi, assez pour entendre le rythme de ton coeur délirant et venir effleurer le dernier tissu qui semble dorénavant un peu trop serré.
Revenir en haut Aller en bas
- Contenu sponsorisé -
MessageSujet: Re: under the sheets (côki)

Revenir en haut Aller en bas
under the sheets (côki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: release your problems :: lonely boy :: rps-
Sauter vers: