.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

the stars are out but she's burning brighter (sybille)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
> MESSAGES : 9

> PSEUDO : B-Twin

> FACE, © : Lana Parrilla - tennessee

MessageSujet: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 4:35

- Sybille Travers -


The hours between 12am and 6am have a funny habit of making you feel like you’re either on top of the world, or under it.

nom > Travers. Le nom du père. Celui qu’elle a insisté de garder lorsqu’on lui a mis la bague au doigt. Beaulieu. Le nom de celui qu’elle a aimé. Attaché au premier pendant des années. Elle s’en ai détaché depuis, s’il apparaît encore sur certains papiers administratif, elle ne l’utilise plus du tout autrement. prénom(s) > Sybille. Le prénom de la grand-mère maternelle qu’elle n’a jamais eu la chance de connaître. Roxanne. D’après sa mère, il s’agit là, du prénom de la maîtresse de son père. Du moins de celle de l’époque. surnom > Elle n’en a, à sa connaissance, pas.  Ses collègues de travail l’appelant bien souvent par son nom de famille et ses amis ayant la décence de ne pas l’affubler d’un surnom ridicule. âge > Trente sept années passée dans l’opulence, la détermination et la sécurité. date, lieu de naissance > 30 Janvier 1981 à Paris. occupation > On lui a voulu une carrière en médecine, en droit ou encore en politique. Des portes lui auraient été ouverte aisément dans ces domaines, grâce à son nom mais, ce n’est pas la voie qu’elle a suivit. Directrice artistique dans une des plus grandes agences de publicité française, c’est à la force de sa sueur et de sa détermination qu’elle en est arrivée là. statut civil > En instance de divorce. Cela fait déjà trois ans qu’elle s’est séparée de l’homme qu’elle aimait autrefois. Deux ans qu’elle réclame le divorce. Deux ans qu’il s’accroche à elle, refusant de lui rendre sa liberté. statut financier > Très aisée.  Elle n’a jamais connu la pauvreté. N’a jamais connu la faim ou le froid. Jamais ses parents n’ont eu à lui refuser l’un de ses caprices. Elle même n’a jamais eu besoin de refuser quoi que cela soit à sa fille. Une opulence qui lui met parfois des œillères. orientation sexuelle > Elle ne s’était jamais vraiment posée la question. Conditionnée, de toutes façons, à penser qu’il n’y avait, pour elle, que l’option de l’hétérosexualité. Et puis il y a eu le mensonge, la mascarade mise en place pour garder un emplois qui lui plaît. Mais, surtout, il y a eu Maxine. Depuis, elle ne sait pas. Elle n’est plus sûre de rien. Peut-être qu’il n’y a que Maxine qui l’attire, peut-être qu’il pourrait y en avoir d’autre. Elle ne sait pas, ne cherche pas vraiment à savoir. Elle ne se met pas d’étiquette, mais ne se prétend plus hétérosexuelle pour autant.  avatar > Lana Parrilla. crédit > Lux Aeterna (avatar) – Beau Taplin (citation). groupe > Chaban-Delmas

QUALITÉS ▽ Déterminée – Ingénieuse – Consciencieuse – Audacieuse – Confiante – Passionnée – Rigoureuse
DÉFAUTS ▽ Rancunière – Jalouse – Présomptueuse – Carriériste – Maniaque – Sarcastique

FILM FAVORI - Joyeux Noël.
LIVRE FAVORI - Métaphysique des tubes – Amélie Nothomb.
CHANSON DU MOMENT - War Of Hearts – Ruelle.
COULEUR PRÉFÉRÉE - Turquoise.
SAISON PRÉFÉRÉE - Fille de l’hiver. Elle aime les froids secs et la neige.
HOBBIES - Le golf – La danse – Le dessin – Le Yoga.
ANIMAL TOTEM - Le tigre.

PSEUDO/PRÉNOM ▽ B-Twin ÂGE ▽ 29 ans. SEXE ▽ Féminin PLANÈTE/PAYS/RÉGION ▽ Krypton, mais on n’a ni région ni pays là bas   . LES LICORNES, TU AIMES ? ▽ Ca va, ça passe. T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ▽ Si, ça serait le pied franchement   . TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ▽ Par Maxine ON EST BAISABLE OU PAS ? ▽ heuuuuu...   UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ▽ écrire ici UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ▽ J’aime les chats **.
Code:
<pris>LANA PARRILLA -</pris> sybille travers
Demons try to control us but out in the open they’re nothing more than whispers of a painful past.

Elle a les traits tirés par la fatigue et l’inquiétude. Ses yeux sont encore rouges d’avoir pleuré. Les bras croisés sur sa poitrine, elle ne quitte pas la jeune fille allongée sur ce lit d’hôpital. Elle se souvient encore de l’angoisse qui l’a gagnée lorsqu’elle a reçu le coup de téléphone. Celui lui annonçant que son époux et sa fille avaient eu un accident de voiture.  Sybille, elle est parfois maladroite dans l’expression de ses sentiments, particulièrement avec Axelle, sa fille, mais il n’y a personne de plus important qu’elle à ses yeux. Ses muscles se tendent quand le visage de son époux se dessine devant ses yeux. Lui, il n’a rien. Ou presque rien. Une commotion et quelques points de sutures. Ce n’est pas juste et quand il vient se planter devant elle, c’est avec difficulté qu’elle contient sa colère. « Sybille, je... ». C’est plus fort qu’elle, la gifle part sans vraiment qu’elle s’en rendre compte. Ça n’apaise pas la colère, l’inquiétude, la tristesse, mais ça fait du bien quand même. Il la mérite. Il mérite bien pire. « Tu avais bu. ». Ce n’est pas une question. Juste une affirmation. Les médecins le lui ont dit. Il avait bu. « Juste un peu... ». Il ment. Elle le sait. Il en a conscience. C’est derrière les barreaux qu’il devrait être, mais l’argent achète tout dans ce monde. Elle le sait. Elle ne lui demande pas pourquoi il était déjà ivre à 17H30. Elle sait. Ça fait presque un an que ça dur. « Je t’ai déjà pardonné beaucoup de choses, Bastien. ». Son infidélité, qu’il n’a jamais vraiment bien caché. Sa violence, les soirs où il ne tenait pas bien son alcool. Ses reproches, ses accusations. « Mais ça... ». Ça elle ne peut pas.  Pas après qu’il n’ait cessé de lui reprocher la mort de leur fils. Décédé à 3 mois. Mort subite inexpliquée du nourrisson. Elle voit la colère se dessiner sur le visage de son époux. Elle sait qu’il s’apprête à lui cracher des reproches au visage. Qu’il l’accusera encore de ne s’intéresser qu’à Axelle. Qu’il lui reprochera encore de ne pas avoir assez pleurer son fils. Parce qu’il ne sait pas, lui, que l’absence de larmes ne veut pas dire absence de douleur. Elle a cessé depuis longtemps déjà d’essayer de lui expliquer. Mais elle ne lui offrira pas la chance de remettre du sel sur ses plaies encore ouvertes. « Je veux divorcer, Bastien. ». Ça fait un moment qu’elle y pense. Un moment qu’elle trouve des excuses pour rester avec lui. Mais jamais elle ne pourra lui pardonné d’avoir mit la vie de leur fille en danger. « Tu vas rentrer. Tu vas prendre tes affaires et tu vas aller à l’hôtel ce soir. Je te veux déménagé à la fin de la semaine. ».  Elle le regarde ouvrir la bouche, près à se défendre, à chercher une issue. Il n’y en a pas. Leur mariage est brisé depuis longtemps déjà. S’ils en ont tous les deux consciences, elle semble être la seule à l’accepter. « Alors quand il s’agissait de Louis, ce n’était pas grave, ce n’était la faute de personne, mais quand c’est Axelle, d’un coup, c’est différent. D’un coup c’est ma faute! ». Si le regard pouvait tuer, il serait mort. Elle sert les poings, Sybille. Elle n’est pas du genre à se montrer en spectacle dans un lieu public. Et ça, il le sait. Elle ignore s’il la met consciemment dans l’embarras ou pas, mais sans doute n’a-t’il pas pris en compte qu’il s’agit là du situation particulière. « Parce que cette fois, c’est vraiment TA faute. Parce que cette fois, il y a vraiment un coupable, TOI. Parce que c’est TOI qui a décidé de t’enfiler une bouteille de whisky avant d’aller chercher notre fille à l’école. TOI qui a cru que c’était pas grave de conduire avec 5 grammes d’alcool dans le sang. Alors oui, Bastien, c’est TA faute ! Elle aurait pu mourir, et c’est TA faute! ». Les larmes ont commencé à couler à mis chemin de sa tirade. Elle le hait. Elle le hait de les avoir mis de nouveau dans cette situation. Elle le hait d’avoir mis la vie d’Axelle en danger. Elle le hait. Et lui, il reste con, l’esprit sans doute encore un peu embrumé par l’alcool. Elle essuie ses larmes du dos de la main. « Je veux que tu déménages et je veux divorcer. ». Sa décision est sans appel. Cette fois, elle ne lui laisse pas le temps de répondre de nouveau, se décidant enfin à entrer dans la chambre où se trouve sa fille. Ce n’est pas qu’Axelle est plus importante que Louis, c’est qu’elle ne laissera rien ni personne lui prendre le seul enfant qu’il lui reste.

***
Elle perd le fil de la conversation alors que son regard s’égare sur le visage de la jeune femme à assise ses côtés. La voix de son patron devient un murmure dérangeant qu’elle ne peut faire taire complètement. Elle sait qu’elle devrait rester concentrer sur ce qu’il se passe. Elle sait qu’il peut-être risqué de perdre le fil, de passer à côté de quelque chose. Mais elle ne peut pas s’en empêcher. Elle s’est engouffrée dans une situation étrange depuis ce mensonge qui lui a permit de garder son emploie. L’illusion d’une homosexualité assumée ouvertement. Juste pour que son patron la pense moins coincée, moins hors du coup. C’était stupide, réaction irréfléchie suite à la crainte de voir sa place prise par une autre. Maxine. Elle aurait dû n’être qu’une rencontre d’un soir. Une escorte gracieusement payée pour jouer les petites amies lors d’un dîner avec son patron. Parce que l’argent achète tout, même ça. Mais un dîner s’est transformé en deux, puis trois. Et, Sybille, elle s’est surprise à apprécier la compagnie de le jeune femme. Malgré leurs différences bien évidentes. Elles n’appartiennent pas au même monde. Pourtant, cela ne semble pas choquer son patron et son épouse. Ils ne semblent pas voir ô combien Sybille et Maxine sont mal assortie. Maxine, elle est plus libre, plus jeune, moins à cheval sur les bonnes manières. Sybille elle se tient toujours droite, ne parle jamais trop fort, grimace lorsqu’elle entend une vulgarité quelconque. Ô oui, elles sont mal assortie Maxine et Sybille. Pourtant l’aînée ne peut s’empêcher d’apprécier la présence de la plus jeune. Sybille, elle se surprend même à espérer qu’il y en aura d’autres, des dîners. Elle ne sait pas vraiment pourquoi. Peut-être parce que Maxine est si différente de ses autres amies qu’elle a un point de vue différent. Une vision de la vie différente. Peut-être parce qu’elle lui est reconnaissante de ne pas lui avoir fait faux bon et d’avoir accepter de jouer le rôle qu’elle lui demandait. Elle ne sait pas vraiment. Ce qu’elle sait, c’est qu’elle s’attache à cette jeune femme. Qu’elle espère, chaque fois, que ce ne sera pas la dernière fois qu’elles se verront. Qu’elle a un nœud dans l’estomac et le cœur qui s’accélère un peu chaque fois qu’elle la voit. Elle sait, aussi, que c’est dangereux de s’attacher à une personne comme Maxine. Alors elle ne prête pas vraiment attention à ce qu’elle ressent. Balaie du dos de la mains les sensations qui l’animent quand elle la voit. Parce que ce n’est rien. Rien d’autre qu’une mascarade mise en place pour de pas perdre son boulot. « Sybille ? ». Si elle entend son patron l’interpeller, ce n’est que lorsqu’elle sent la main de Maxine se poser sur la sienne qu’elle revient vraiment à elle. Elle adresse un sourire désolée à la tablée avant de boire une longue gorgée de vin. De quoi étaient-ils en train de parler ?

***
Assise dans la peine-ombre, elle allume l’écran de son téléphone portable. 6H15. Elle n’a pas fermé l’œil de la nuit et elle est attendu au travail dans moins de trois heures. Elle regarde ses ongles, se retient de ne pas les ronger. Elle ne l’a plus fait depuis dix ans, elle ne tient pas à abîmer, comme autrefois, sa manucure. Mais l’inquiétude se lit sur son visage. Axelle n’est pas rentrée de la nuit. Sans même prendre la peine de la prévenir au préalable ou de répondre à ses nombreux appels téléphoniques. Elle a tenté de dormir, tout de même, essayant de se rassure, de se dire qu’Axelle est sans doute aller dormir chez une amie. Mais après plus d’une heure passée à tourner, encore et encore, dans son lit, elle a abandonné l’idée. Parce qu’elle ne peut s’empêcher de s’imaginer le pire, Sybille. Elle a un nœud dans l’estomac, les nerfs à vif et les muscles qui se tendent au moindre bruit. Axelle n’est pas rentrée et elle est morte d’inquiétude. 6H45. Elle tourne en rond comme un lion en cage. Toujours pas nouvelle. A l’inquiétude se mêle une légère colère. Axelle ne répond toujours pas au téléphone. 6H55. La porte d’entrée s’ouvre enfin. Sybille s’y tient à quelques mètres, bras croisés sur la poitrine, visage impassible. Elle observe sa fille tenter de rentrer sans faire trop de bruit, mais visiblement trop alcoolisée pour garder une bonne coordination dans ses mouvements. « Il est bientôt 7H, tu commences les cours dans une heure, je te donne une demie heure pour te préparer. ». Dans sa voix, il y a cette colère qu’elle ne peut réprimer, mais il y a aussi le soulagement. Celui de voir sa fille, bien vivante, même si elle aurait préféré que celle-ci empeste un peu moins l’alcool. « Heu… Bonjour à toi aussi. Tu m’en voudras pas, hein, mais plutôt que d’aller en cours je vais plutôt aller me coucher. ». Un rire sarcastique s’échappe de la gorge de Sybille. « Non. Il fallait y songer avant de passer la nuit Dieu seul sait où. ». Elle ne demandera pas, Sybille, ne s’attendant pas à avoir une réponse honnête de la part de sa file, de toutes façons. Peut-être, aussi, parce qu’elle n’est pas sûre d’être prête à entendre la réponse de l’adolescente. C’est qu’elle peine, Sybille, à admettre que sa fille a déjà seize ans. Qu’elle n’est plus cette gamine qui venait se blottir dans ses bras à la moindre crainte. « Oh allez, juste cette fois, sois sympa. ». Elle sert les dents, Sybille. Parce qu’elle sait qu’Axelle ne la considère trop sévère. Mais elle n’a pas le choix Sybille, parce qu’elle ne peut pas compter sur Bastien pour poser des limites à leur fille et elle le sait. « Peut-être que si tu avais daigné répondre à ton téléphone, j’aurais pu faire un effort. Il te reste vingt-huit minute. ». Elle regarde sa fille lever légèrement un sourcil tout en lui lançant un regard noir. Elle sait que la suite ne va pas lui plaire. Elle sait qu’elle arrivera au travail de mauvaise humeur. « Je préférerais vivre chez papa toute l’année plutôt qu’avec toi! ». Elle sert les dents, Sybille. Retient de montrer à l’adolescente que les mots la blesse. Jamais elle ne laisserait à Bastien la garde de leur fille. Jamais. Souvent, déjà, elles se sont disputées à ce sujet, Axelle ne comprenant pas pourquoi Sybille se montre toujours aussi réticente à l’idée de la laissée aller chez son père. C’est que, Axelle, elle n’a aucun souvenir des moments qui ont précédés l’accident et, Sybille, elle ne lui en a jamais parlé. « Vingt-sept minutes. Je vais te préparer quelque chose pour ta gueule de bois. Et la prochaine fois que tu voudras sortir en pleine semaine, tu y songeras à deux fois au préalable. ». Nouveau regard noir, mais elle sait qu’Axelle a compris qu’elle ne lâcherait. « Je te déteste ». Ça fait mal. Elle essaie de se dire que ce n’est que l’adolescence, que ça finira par changer. Qu’elles retrouveront leur complicité d’antan. Mais ça fait mal. Et elle n’a personne, Sybille. Personne pour la prendre dans ses bras et lui dire que ça passera. Personne pour la soutenir dans son choix. Personne pour lui dire qu’elle a raison, malgré les complaintes de sa fille. Alors ça fait mal. Mais elle ne montre rien, Sybille. Pas à Axelle.  Jamais à Axelle. Peut-être qu’il est là le problème. Elle reste quelques secondes à regarder la jeune fille s’éloigner, ferme les yeux, prend une grande inspiration et tourne les talons. La journée commence mal.

***
D’un geste mécanique, elle regarde sa montre. Il est en retard. Il est toujours en retard. Il a toujours été comme ça. Un des aspects de sa personnalité qu’elle a toujours détesté, mais elle savait faire outre, autrefois. Aujourd’hui, ça ne fait que l’agacer. C’est lui qui a demandé à la voir et il a l’audace d’être en retard. Et il sait qu’elle déteste ça. « Sybille ! Excuses moi, j’avais une course à faire avant de venir. ». Il est là, enfin. Sourire béa et une enveloppe dans les mains. « J’ai pas le temps pour tes excuses, Bastien. Tu voulais me voir? ». Il a sur le visage cette expression de contentement qu’elle a souvent vu. Mais il ne répond pas, il se contente de lui tendre l’enveloppe qu’il tenait. Elle fronce les sourcils, suspicieuse. Il lui fait signe d’ouvrir. Elle hésite un instant, puis s’y résous. Elle fronce un peu plus les sourcils. « Les papiers du divorce ? ». Elle relève les yeux vers lui, interrogatrice. Deux ans qu’elle les lui réclame. Deux ans qu’il refuse de les signer. « Que tu n’as toujours pas signé, à quoi tu joues ? ». Elle remet les papiers dans l’enveloppe et la lui rend, très visiblement agacée. « J’pensais que tu finirais par revenir. Que tu te rendrais compte de ton erreur. Que tu finirais par me revenir. ». Il plonge son regard dans le sien. Sybille, elle se sent mal à l’aise. Elle l’a aimé. Très fort. Peut-être trop fort même. Mais c’est de l’histoire ancienne. Elle a tourné la page et elle aimerait qu’il arrive à en faire autant. Il pose sa main sur sa joue et elle la retire aussitôt. « Mais tu t’entêtes, alors s’il faut aller jusqu’au tribunal pour t’ouvrir les yeux, c’est ce qu’on va faire. ». Elle sert les dents. Il a toujours refusé d’aller devant le juge. Il a toujours prétendu qu’ils finiraient bien par trouver une solution ensemble, à l’amiable. C’est à peine s’il s’est battu pour avoir le droit de voir sa fille, à l’époque. « Qu’est-ce qui a changé, Bastien ? Pourquoi ce tel revirement de situation? ». Il pose de nouveau la main sur sa joue, elle le laisse faire. C’est qu’elle ne sait pas s’il est dans un bon jour ou pas. C’est qu’elle ne sait pas qu’elle réaction il aura si elle le repousse une seconde fois. Si elle n’en a pas vraiment peur, elle n’est pas forcément des plus rassurée. « J’ai changé ! Il y a trois ans, j’étais dans une mauvaise passe. Je buvais trop. Je fumais trop. Je suis devenu… Une autre personne. Mais j’ai changé Sybille. Je suis de nouveau l’homme dont tu es tombée amoureuse il y a bien des années. Et je t’aime toujours. Je veux juste te récupérer. ». Et le pire, le pire c’est qu’elle le croit. Le pire, c’est qu’elle sait qu’il est sincère. Mais c’est trop tard. Cela fait bien longtemps qu’il est trop tard pour réparer ce qu’ils avaient autre fois. Elle a presque de la peine en le regardant. De la peine, parce qu’elle sait qu’elle l’a déjà remplacé. Même si elle ne le lui dira pas. Même si ce qu’elle ressent pour Maxine n’est très certainement pas réciproque. La réaction de la plus jeune à la suite de la nuit qu’elles ont passés ensemble ayant très clairement jeté un froid dans ce semblant de relation qu’elles avaient. « Bastien... ». Elle pose ses mains sur les joues de l’homme. « Tu dois passer à autre chose. Je t’ai aimé. Une partie de moi t’aimera toujours. Mais pas comme ça. Plus comme ça. ». Elle lit la peine dans ses yeux. Elle s’en veut. Un peu. « Je te récupérerais Sybille. Peu importe ce que je dois sacrifier pour ça! ». Elle lit la détermination dans son regard. Mais quand il tente de l’embrasser, elle s’échappe de son emprise. « Tu dois arrêter, Bastien. Signes les papiers. Passes à autre chose. ». Elle tourne les talons, Sybille. Ne voulant pas s’engouffrer plus longtemps dans cette conversation. Il faut qu’il passe à autre chose. Il faut qu’elle l’oublie. Parce que elle, elle est déjà en train de donner son cœur à quelqu’un d’autre.


Dernière édition par Sybille Travers le Mar 5 Juin - 2:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 208

> PSEUDO : EXOGENESIS.

> FACE, © : ZAYN; AMOR FATI <3

> AGE : VINGT-SIX ANS.

> OCCUPATION : GLANDEUR SANS TROP AVOIR LE CHOIX. EX ÉTUDIANT EN ART.

> COTE CŒUR : UN PEU CASSÉ, UN PEU VIVANT, T'AS JUSTE ENVIE DE RETOURNER DANS SES BRAS.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 11:55

bienvenue par ici Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 95

> PSEUDO : harrenhal

> FACE, © : lindsay perry / amor fati

> AGE : vingt-neuf ans tout rond

> OCCUPATION : infirmière aux urgences

> COTE CŒUR : vagabonde dans l'âme

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 12:31

bienvenue parmi nous ! I love you
alors là... ce choix avec lana !
ayé, j'ai trop envie de voir comment sybille va être
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 14:15



Toi ici I love you merci d'avoir pris mon scénario avant même que je le rédige ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
- Invité -
MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 15:55

hâte de vous stalker
bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
> MESSAGES : 9

> PSEUDO : B-Twin

> FACE, © : Lana Parrilla - tennessee

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 15:58

Merci à tous

Maxine: Tout le plaisir est pour moi, tu le sais bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
whimsical night
> MESSAGES : 124

> PSEUDO : mølly. / licia.

> FACE, © : manoban @wild heart.

> AGE : vingt-trois années, déluge de jeunesse.

> OCCUPATION : chieuse à plein temps, glandeuse des temps modernes.

> COTE CŒUR : c'est quoi un coeur?

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 16:16

j'aime trop le prénom !
bienvenue par ici jeune belle gosse 

_________________
astra; lunatic — que ton cri ne soit plus l'appel qui séduit et enrôle, mais simplement la voix qui t'exprime tout entier. ;@rainermariarilke
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 73

> PSEUDO : MzelleTracy

> FACE, © : gomez, (c)faust

> AGE : vingt-quatre ans.

> OCCUPATION : pompeuse en tout sens.

> COTE CŒUR : à gauche, c'est mon dernier mot jean-pierre.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 17:30

bienvenue sur le forum
bon courage pour ta fiche
j'ai hâte de vous lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 209

> PSEUDO : delphine.

> FACE, © : alexander calvert , EXORDIUM.

> AGE : vingt-sept années lumière.

> OCCUPATION : esclave des temps modernes chez deliveroo.

> COTE CŒUR : amer.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Sam 26 Mai - 18:52

je meurs, ton prénom, ton avatar, t'es parfaite
bienvenue à la maison chaton, si t'as la moindre question hésite pas à venir nous voir ! I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 327

> PSEUDO : fürelise.

> FACE, © : charly jordan © hedgekey.

> AGE : vingt-quatre ans.

> OCCUPATION : employée dans une boutique de jeux vidéos et produits dérivés.

> COTE CŒUR : le coeur ? c'est l'truc en bas du corps ? au niveau de la ceinture ?

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Dim 27 Mai - 17:47

bienvenue ma belle.

_________________
enfernale
quand elle danse, l'insolente, ses yeux de feu m'embrasent et me hantent. quelle brûlure, quelle torture, les flammes de sa chevelure dévorent mon corps d'obscènes flétrissures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 84

> PSEUDO : Twixie

> FACE, © : Nicolas Simoes (mothness)

> AGE : 32 ans

> OCCUPATION : Professeur d'une classe de CE2

> COTE CŒUR : Le vide complet

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Dim 27 Mai - 18:02

Lana cette femme
Bienvenuuuuuuuuuuuuuuu parmi nous
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 70

> PSEUDO : marie.

> FACE, © : douglas booth, morrigan.

> AGE : vingt-sept ans.

> OCCUPATION : expert-comptable, actuellement en arrêt.

> COTE CŒUR : fiancé mais un peu perdu.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Dim 27 Mai - 21:34

j'adore ton choix.
bienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 483

> PSEUDO : gipsy.heart ; chloé.

> FACE, © : lily collins - anesidora

> AGE : vingt-quatre ans.

> OCCUPATION : traductrice littéraire.

> COTE CŒUR : fiancée. plus ou moins.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Dim 27 Mai - 22:15

je confirme, ce prénom

bienvenue petit chat, n'hésite pas à nous siffler au besoin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 125

> PSEUDO : amor fati, justine.

> FACE, © : phoebe tonkin, havana.

> AGE : vingt-six ans d'errance.

> OCCUPATION : photographe.

> COTE CŒUR : le cœur brisé.

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Dim 27 Mai - 22:33

bienvenuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 9

> PSEUDO : B-Twin

> FACE, © : Lana Parrilla - tennessee

MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille) Lun 28 Mai - 3:26

Merci à tous , vous êtes adorable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -
MessageSujet: Re: the stars are out but she's burning brighter (sybille)

Revenir en haut Aller en bas
the stars are out but she's burning brighter (sybille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: smalltown boy :: going home :: lately it feels alright-
Sauter vers: