.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(edgar&ann) éviter les roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
> MESSAGES : 164

> PSEUDO : dezaia (cloée)

> FACE, © : McNamara (fayrell)

> AGE : vingt-deux ans (23.05)

> OCCUPATION : étudiante en m2 de psychologie, prostituée à ses heures perdues.

> COTE CŒUR : le coeur ? ça se mange ce truc là ?

MessageSujet: (edgar&ann) éviter les roses Mar 29 Mai - 23:41

(pré-rp coloc) Y avait cette chaleur qui la quittait pas, c’était con à dire, mais elle avait préféré venir à pied qu’en bus. C’est pour ça qu’elle en avait mis du temps. Ann, elle serrait son téléphone dans sa main, elle avait rien d’autre à serrer pour calmer le rythme de sa poitrine. C’était un peu con de jouer comme ça, mais à jouer on finir toujours par se retrouver piéger. Elle le savait bien, et elle jette un coup d’œil par-dessus son épaule. Ce mec bizarre était pas là et tant mieux. C’était un peu rassurant de se savoir anonyme dans la foule qui allait vers les quais ou dans un bar pour boire un coup. C’était une vie normale et ça faisait quelque temps qu’elle n’avait plus une vie normale. Bien au contraire, elle avait choisi d’être ce qu’elle était, pauvre petite orpheline, adoptée par un couple de vieux Français décédés. Puis y a eu la psycho à Paris puis Bordeaux. Et y a eu la débauche et la vente de ce qu’elle était. Et ça lui allait bien, elle aimait bien plaire Ann, elle était loin des gamines de son âge qui avaient pour seuls problèmes les mecs et le maquillage. Non, elle avait une liste de huit autres problèmes qui savaient pas ranger une foutue maison et qui parfois étaient bien coincés du cul. Mais là y avait encore ce frisson qui la parcourt alors qu’un soupir indécent traverse la barrière de ses lèvres carmin. C’était pas si rare de la voir dans ses états comme ça. Quand elle se laissait voir comme ça finalement, parce qu’elle avait presque une double vie Ann, elle faisait croire qu’elle était quelqu’un de rangé, de plutôt sérieuse. Et finalement y avait la Ann fragile qui faisait des cauchemars et qui comblait ses frustrations par les moindres envies qu’elle avait. On la mettait pas au défi souvent, on la dévergondait pas souvent dans la coloc depuis les deux ans qu’elle y était. C’était la Mary Poppins de la game là-bas, mais elle avait d’autres visages. Là, elle portait pas grand-chose. Elle avait grand trench camelle, des bas hauts qui couvrait ses cuisses. On pourrait croire qu’elle avait une jupe courte comme son manteau lui arrivait en dessous des genoux avec ses converses bordeaux. Une lingerie qui pourrait en faire rougir certaine, mais c’était ça le jeu ma poule, fallait se donner pour l’envie qui te crame le bas du ventre. Tu pousses la porte de la boutique, déserte, pas plus discrète d’un éléphant dans une boutique de porcelaine. Elle cherche des yeux des roses, d’autres choses et se penche outrageusement en avant faisant remontrer son trench sur l’arrière de ses cuisses et la dentelle noire de ses bas. « Nobody here ? Dear lord… » Elle susurre, mais assez fort pour être entendu. « T’es pas cap, Ed t’es qu’une couille molle ! » Elle le taquine, mais au moins ça le fera sortir de son tour.
ps: lingerie : https://www.lintimo.ch/it/body-donna-sexy-online

_________________

☽☽ I'm sitting eyes wide open and I got one thing stuck in my mind. Wondering if I dodged a bullet or just lost the love of my life, oh ! Baby, baby, I feel crazy. I gave you something, but you gave me nothing ... What is happening to me?



Dernière édition par Ann O'Ceann le Mer 30 Mai - 2:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 173

> PSEUDO : mothness

> FACE, © : thomas brodie sangster, vulpecula

> AGE : 28 ans

> OCCUPATION : Fleuriste. Il faut de tout pour faire le monde, non ?

MessageSujet: Re: (edgar&ann) éviter les roses Mer 30 Mai - 1:13

éviter les roses

 
« 'cause I dont' stand a chance in these four walls.  »


La journée avait décliné dans le plus grand des calmes et s'il n'avait pas vu l'ombre d'un client dans sa boutique, Edgar avait tout de même des tâches à s'atteler avant de pouvoir rentrer chez lui des commandes en ligne pour le lendemain avait fait son apparition sur son écran d'ordinateur. Alors il s'était rendu dans l'arrière-boutique pour les faire à l'abri des regards. Ou du moins dans le calme. Mais c'était sans compter sur cet échange de SMS qui lui avait donné le sourire, s'il avait pensé à une simple farce dont l'investigatrice devait être Léo, il avait simplement apprécié le jeu.
Nobody here ? Dear lord… Il redresse la tête en comprenant qu'elle s'était réellement déplacé. Et sur le moment il sait pas quoi penser, est-ce qu'elle poussait la vanne jusqu'ici ? Il fait quelques pas, pour pouvoir la voir, et là il réalise qu'il s'était peut-être trompé. Alors qu'elle semble être vêtue de manière assez peu couverte. T’es pas cap, Ed t’es qu’une couille molle !
Il passe la main dans ses cheveux, qu'il ébouriffe au passage, puis croise les bras et s'adosse contre le mur, incapable de la quitter du regard. Sa boutique c'était une sorte de petit jardin, il fallait savoir ou regarder pour pouvoir voir les murs tant elle était remplie. C'était un choix que tu avais fait, donne un côté totalement décalé au lieu pour mieux se démarquer des autres fleuristes.Ferme la porte et la boutique. Et viens, si t'es cap. Il joue le jeu et elle le laisse faire. Elle s'exécute sagement. Alors que l'esprit d'Edgar, il vagabonde déjà dans des idées moins sages les unes que les autres. Jusqu'à ce qu'elle soit en face de lui. Il avait l'impression d'avoir une parfaite inconnue en face de lui, car Ann c'était pour toute la colocation la petite fille sage. Et clairement ce qu'il avait devant ses yeux, c'était loin d'être ce genre de fille.  Il a envie de voir ce qu'elle cache sous sa tenue. De toute manière, il savait bien que personne ne les verrait à travers les vitres de la boutique, toute la vision était cachée par les amas de fleurs, de feuilles et de plante en tous genres. Il n'avait pas d'assurance, mais il n'avait pas peur pour autant. Il la fixe du regard alors qu'il pose l'une de ses mains sur son trench, retirant le premier bouton, dévoilant un haut en dentelle que peu de filles auraient l'assurance de porter. Et il continuait ainsi, sans dire un mot. Se contentant d'observer ses réactions et d'admirer les courbes qu'il n'avait fait qu’entrevoir à la colocation. Puis il s'approchant un peu plus d'elle, et dans une grande lenteur l'aida à retirer son trench. Le posant sur le comptoir de sa boutique.  Ca valait le coup d'oeil Laissa-t-il échapper, comme une pensée qu'il n'avait su retenir. Il l'attrapa par les hanches, pour la faire s’asseoir sur le bord du comptoir, posant ses mains sur ses cuisses et prenant place entre elle, pour la maintenir ainsi assise.  C'est juste pour moi que tu as mis l'ensemble ou je dois juste m'estimer heureux que se soit tombé le jour ou tu portais ça ?   Il murmurait, le visage proche de celui d'Ann. Il était faible Edgar, il le savait.  
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
> MESSAGES : 164

> PSEUDO : dezaia (cloée)

> FACE, © : McNamara (fayrell)

> AGE : vingt-deux ans (23.05)

> OCCUPATION : étudiante en m2 de psychologie, prostituée à ses heures perdues.

> COTE CŒUR : le coeur ? ça se mange ce truc là ?

MessageSujet: Re: (edgar&ann) éviter les roses Jeu 31 Mai - 22:49

Elle joue avec le feu, elle a toujours joué avec le feu, jusqu’à ce qu’il lui a pris ce qu’elle avait de plus cher. « Ferme la porte et la boutique. Et viens, si t'es cap. » Ann, elle se retourne dans un tourbillon de cheveux de feu, un sourire à faire tomber plusieurs mecs sur le chemin. Il grandit sur ses lèvres, alors que de ses pas lents et mesurés. Grande comédienne, grande connaisseuse de la luxure et du plaisir, elle savait dans quelle cour elle jouait. Mais, lui, il savait pas du tout qu’elle connaissait le désir comme un pianiste connait des partitions. Oh, il est vrai qu’il enchaîne les femmes. Et elle sera l’anonyme de la liste, elle serait celle qu’on ne présente pas, car elle ne désirait pas autre chose, elle ne voulait rien Ann. Elle refusait même d’apparaitre dans la vie de quelqu'un, car sa vie n’était rien d’autre qu’un mensonge géant. Et il n’y avait personne à qui fait confiance pour le moment. Il n’y avait personne avec qui partager ce deuil sourd qu’elle n’arrive pas à faire. Alors, elle se distrait dans les bras des hommes. Donnant d’elle-même contre quelques billets de cinquante, une ou plusieurs fois. Elle s’en fout, car elle oublie dans ce genre de moment. Elle tend sa main vernie d’un rouge carmin vers la pancarte et le clos orne désormais la porte, tout comme le claquet significatif des clés qui tournent dans la porte qui la ferme à la porte sur elle. Une jungle fleurie et aux senteurs à la fois habituelles et exotiques. Le chemin arrière se fait tout aussi lent, mais elle ne quitte pas ses prunelles provocatrices. Elle le voit cet éclat d’excitation et d’incompréhension. Qui était-elle Ann désormais ? Une fille comme les autres. La retenue et le désir. Elle n’a qu’un hoquet sévère quand il enlève le premier bouton de son trench. Elle avait l’habitude de ce genre de dessous. Sauf qu’elle ne les étendait pas à la vue de tous. Silencieuse, elle pose une main, nonchalante sur son épaule alors que son manteau suit sa course vers le sol. « Ça valait le coup d'œil » évidemment que ça le valait, elle n’était pas là pour faire des gaufres après tout. Cependant, elle a l’air surpris, mais reste assis face à lui un sourire moqueur sur les lèvres, alors qu’elle enroule ses jambes autour de son bassin. « C'est juste pour moi que tu as mis l'ensemble ou je dois juste m'estimer heureux que ce soit tombé le jour ou tu portais ça ? » Elle un petit rictus qui s’étends sur le coin de ses lèvres. Alors qu’elle pose l’index sur le bout du nez d’Edgar. « Que ce soit l’un ou l’autre, estime-toi juste heureux. » C’était du Ann tout craché dans le fond. Mais le visage proche, elle l’approche plus encore. Murmurant suavement « So Darling, What’s up now ? » Il était pas trop con Edgar, mais elle jouait avec lui, faisant aller sa jambe dans son dos, finalement elle penche la tête en arrière, passant ses mains dans ses cheveux, la gorge déployée juste un instant, mais c’ » tait juste l’instant qu’il fallait saisir n’est-ce pas ? Elle arrive de nouveau envieuse vers lui. Allant chercher son cuir chevelu de ses ongles, l’approchant sans rompre la distance. Jouer un jeu, dangereux, envieux, lent, calculé, elle avait envie, et elle sentait sa poitrine se soulever douloureusement au rythme de sa respiration.

_________________

☽☽ I'm sitting eyes wide open and I got one thing stuck in my mind. Wondering if I dodged a bullet or just lost the love of my life, oh ! Baby, baby, I feel crazy. I gave you something, but you gave me nothing ... What is happening to me?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
- Contenu sponsorisé -
MessageSujet: Re: (edgar&ann) éviter les roses

Revenir en haut Aller en bas
(edgar&ann) éviter les roses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bord d'eau  :: bordeaux et alentours :: bordeaux nord :: chartrons - bassins à flot-
Sauter vers: